Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 23:55
 
par Franck Louvrier, jeudi 20 octobre 2011, 16:34


Le président de la République s’est rendu aujourd’hui à Changé, en Mayenne, pour une visite du centre de tri des déchets de Séché Environnement, à laquelle j’ai pris part, à l’occasion du 4ème anniversaire du Grenelle de l’environnement.

Ce fut l’occasion, pour le chef de l’État, de rappeler l’importance de cette réforme voulue et portée avec détermination par le gouvernement depuis 2007. Une réforme révolutionnaire dans son essence même puisqu’elle transcende les clivages idéologiques en partant d’un postulat inédit : allier le progrès humain et matériel à la protection de l’environnement, la croissance économique avec l’écologie.

Une réforme exemplaire dans la méthode également puisqu’elle a été conçue sur la base d’un dialogue entre l’État, les collectivités, les syndicats, les entreprises et les ONG de l’environnement.

Une réforme, surtout, aux résultats indéniables. Pêle-mêle, on peut citer le domaine des transports avec, pour ce qui nous concerne, la réforme portuaire, la LGV Bretagne – Pays de la Loire ainsi que notre nouvel aéroport. En quatre ans, notons que la France s’est dotée du parc de véhicules neufs le plus faiblement émetteur de CO2 en Europe. Le Grenelle, c’est aussi la préservation de la biodiversité et la protection de la nature, mais également le travail extraordinaire accompli lors de la Présidence française de l’Union européenne à travers le paquet « climat-énergie », engagement crucial de réduction des émissions de CO2. Enfin, alors que se tiendra le 14 novembre prochain un débat dans notre hémicycle régional sur l’énergie en France et en Pays de la Loire, le Grenelle a permis de démontrer qu’on pouvait allier le nucléaire et la croissance des énergies renouvelables. Pour sa campagne de publicité qui est diffusée aujourd’hui (Le Monde daté du 21 octobre, page 11), la Région a oublié le mot Grenelle parce qu’elle veut oublier le rôle essentiel de l’État. La part des énergies renouvelables est passée de 9,7% en 2005 à 12,9% l’an dernier, avec l’objectif de 23% pour 2020 et, pour l’y aider, une hausse de 50% depuis 4 ans des moyens consacrés.

Aux sceptiques de tout poil, souvent aveuglés par l’idéologie, tels Jean-Pierre Le Scornet et Sophie Bringuy, vice-présidents du conseil régional, nous répondons par des faits. Ils dénoncent « l’affaiblissement de toute initiative » ? La concertation fut, au contraire, la marque de fabrique du Grenelle. Osent-ils parler d’ «effets d’annonce » ? Les réalisations sont pourtant là, sous leurs yeux.

Alors oui, les socialistes et Europe Écologie-Les Verts savent s’entendre lorsqu’il s’agit de s’opposer systématiquement et invariablement au bilan du chef de l’État. Mais, s’entendre pour reconnaitre les bienfaits du Grenelle de l’environnement serait une attitude constructive et l’opposition nationale, en soutenant cette transformation sociétale à l’œuvre, gagnerait en crédibilité. En est-elle capable ?

Partager cet article
Repost0

commentaires