Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 10:57
 

 Par  : gaullisme.fr

 

13. février 2011 | Catégorie :

 

Après la tentative de manifestation du 12 février réprimée par les autorités, les coordinations se réunissent en Algérie. Pour décider des modalités d’une poursuite de l’action contre le régime.

Mehnimalik (Wikipedia - cc)

 

 

 

« Il n’y aura pas de marche » avait décidé le pouvoir algérien malgré les appels aux manifestations lancés dans tout le pays depuis deux semaines pour ce samedi 12 février. La stratégie policière a donc consisté à bloquer les manifestants sur la place du 1er mai dans la capitale et place du 1er novembre à Oran. La hantise du régime : que les Algériens occupent la rue comme l’ont fait les Tunisiens et les Egyptiens. Tout l’appareil sécuritaire se préparait donc depuis des semaines. Dès que les premiers cortèges sont apparus en criant « Marre de ce pouvoir ! », des plus jeunes dont c’était la première mobilisation à Me Ali Yahia Abdennour, 90 ans, figure de la Ligue algérienne des droits de l’homme depuis des décennies, ils se sont retrouvés encerclés. Dans toutes les grandes villes, ce fut le même signal : briser toute tentative de marche.

« Nous avons été dispersés violemment, ils nous ont frappé et bloqué entre des cordons de dix à vingt policiers. Le dispositif de flics en civil était impressionnant, ils insultaient et malmenaient les manifestants
» raconte Kamel Daoud, de la coordination oranaise. Comme à Alger, une petite contre-manifestation a eu lieu avec une vingtaine de jeunes brandissant des portraits de Bouteflika.
A Alger, Ali Belhadj, l’ex-numéro 2 du Front islamique du Salut, a surgi avec son groupe en criant « Etat terroriste ! » mais les islamistes se sont fait huer. La guerre civile et le souvenir de la barbarie sont dans toutes les mémoires. La mobilisation algérienne, même embryonnaire, veut passer à une autre étape de l’histoire du pays.
Vers 14 heures, le rez de chaussée de la mairie d’Oran était transformé en centre provisoire de détention, les prisonniers étaient ensuite emmenés en camion vers les commissariats.
Dans la capitale, les leaders , arrêtés vers 12 heures, ont été relâchés après 19 heures. Le blogueur Amine Menadi dont nous signalions ce matin l’arrestation, avait été conduit au grand commissariat d’Alger-centre. « On était parqués mais on avait pu conserver nos portables, on a même manifesté à l’intérieur » nous dit-il. Libéré dans la soirée, le jeune homme affirme que « la peur a changé de camp ». Pourtant, il est clair que cette première manifestation n’a pas mobilisé comme l’avaient espéré les organisateurs.« Nous n’avons pas réussi à faire la jonction avec les mouvements sociaux, sinon nous aurions été au moins dix mille à Alger » commente un témoin avec amertume, « nous avons un problème d’organisation car dans l’état d’explosion et de colère du pays, le chiffre de 2000 manifestants dans la capitale est tout à fait insuffisant… » . Un autre affirme : « On n’aurait pas dû quitter la place, il fallait faire comme les Egyptiens. Tenir. Seulement, quel prix sommes-nous prêts à payer, nous les Algériens ? Les gens en ont tant vu ! »
Mais le déploiement policier décourageait la plupart des hypothèses. A Alger comme à Oran, les coordinations se réunissent ce dimanche pour envisager les futures actions et tirer la leçon de cette première journée de révolte. On sait déjà que dans la capitale, le Rassemblement pour la culture et la démocratie appelle à revenir samedi prochain. Les jeunes affirment de leur côté : « On ne perd pas le moral, ce n’est qu’un début ! »
Bref, le chemin de la révolution sera, chacun le pressent ce soir, très très long en Algérie…

 

Martine Gozlan – Marianne

 

Par Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire - Publié 
  
Partager cet article
Repost0

commentaires