Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 15:49
 |   
Copyright Reuters

Copyright Reuters

Comme chaque année depuis 1993, le ministère de l'Education nationale publie des indicateurs pour évaluer "l'action propre de chaque lycée". Basées sur les chiffres de réussite et d'accès au bac, ces mesures n'échappent toutefois pas à la polémique : utilisés par les médias qui les classent afin d'obtenir un palmarès, affichés avec fierté par les établissements, ces indicateurs sont aussi regardés à la loupe par les parents d'élèves, même s'ils sont assez difficiles à interpréter.

Un classement qui favorise l'élite

Le classement 2010 dressé par La Tribune des indicateurs ministériels fait une fois de plus la part belle aux lycées de la capitale et au secteur privé. Ainsi, dans le Top 50 des lycées, les établissements des zones socialement favorisées, sont largement représentés, les écoles parisiennes en tête. Alors que la capitale compte 125 lycées généralistes, contre 2 500 provinciaux, 14 sont présents dans le palmarès. Si on compare le Top 20 de 2010 à celui de 2009, la proportion paris/province reste la même: comme l'an dernier, on compte huit lycées parisiens pour 12 provinciaux.
Deuxième enseignement du classement: les établissements privés, majoritairement catholiques, "trustent" une très large partie des 50 premières places.
Bien que ne représentant que 40 % du total des établissements français, ils s'adjugent 43 places du classement, les lycées publics n'étant que 7 à y figurer. Une proportion déjà observée l'an dernier, puisque dans le Top 20 de 2009, le privé représentait les 4/5 des lycées.

Trois établissements publics en tête
Dans la course à l'excellence, le trio de tête évolue. Alors que le lycée privé juif de Sarcelles, Torat Emet, était premier l'année dernière, il disparaît du classement cette année. Les parisiens qui le suivaient, Louis le Grand, Henri IV, gardiens de l'élite de l'école républicaine, sauvent l'image des lycées publics en se classant en 2010 respectivement premier et deuxième. Suivent le lycée franco-allemand (Buc), qui fait son entrée dans le classement, puis en quatrième position (inchangée par rapport à l'an dernier) l'Ecole Active Bilingue J. Manuel (premier lycée privé) , et au cinquième rang le lycée Fénelon-sainte Marie, également parisien et privé. Premier lycée de province, encore une fois privé, le Lycée Juif de Lyon à Villeurbanne arrive en sixième position.

Les leçons de la Cour des Comptes
Au total, le classement issu des indicateurs de résultats des lycées témoigne des grandes tendances mais aussi des travers du système éducatif français. Travers mis en relief il y a quelques mois par la Cour des Comptes dans un rapport intitulé "l'Education ntaionale face à l'objectif de la réussite de tous les élèves" publié en mai 2010. L'institution de la rue Cambon, qui s'est penchée sur la réussite du système scolaire français, lequel absorbe 7,3% de la richesse nationale, livre un constat sans appel: « la réussite d'un élève dépend en partie de l'établissement où il est affecté et des enseignants qui le prennent en charge, ce qui constitue un puissant facteur d'inégalité ». Plus que jamais, le choix du lycée reste une préoccupation majeure des parents d'élèves.


__________

Les indicateurs de réussite au lycée, publiés par le ministère de l'Education nationale, sont les seuls chiffres efficaces pour piloter la réussite scolaire de vos enfants en facilitant le choix du lycée, public aussi bien que privé, afin de savoir où les inscrire. C'est pourquoi latribune.fr a décidé de permettre à ses internautes d'y accéder le plus aisément possible. Tout le monde le sait : les lycées ne sont pas égaux entre eux, loin de là. En 2002, le Haut Conseil de l'évaluation de l'école, un organisme officiel aujourd'hui disparu, le reconnaissait : "tous les lycées n'offrent pas la même qualité de service".

Comment apprécier les résultats d'un lycée ?

Le ministère de l'Education nationale nous demande de publier le communiqué ci-dessous.
"Le taux de réussite au baccalauréat n'est pas le seul indicateur de résultat des lycées. Les taux d'accès au baccalauréat et la proportion de bacheliers parmi les sortants permettent d'apprécier le caractère plus ou moins sélectif des établissements et le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu'au baccalauréat. Les taux de réussite et d'accès de chaque lycée doivent être comparés à des taux "attendus" qui tiennent compte des caractéristiques sociodémographiques et scolaires des élèves qui le fréquentent. Ceci permet de dégager la "valeur ajoutée" du lycée et d'offrir une approche relative de son efficacité. Le ministère ne publie pas de classement mais propose un regard croisé sur les trois indicateurs et les "valeurs ajoutées" correspondantes. L'ensemble de ces éléments donne une image de la réalité complexe que constituent les résultats d'un établissement."

Comment a été établi ce classement
Comment lire les chiffres du ministère

 

Source : La Tribune.fr
Céline Jeancourt-Galignani - 30/03/2011
Partager cet article
Repost0

commentaires