Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 16:14
AFP
Il nous a tous bernés. Enfin, quand je dis tous, je ne parle ni de Moscovici, ni d’Ayrault, ni de Hollande. Je parle des députés et sénateurs, peut-être même des Français. Avec quel aplomb incroyable ! Je dirais avec quel charisme dévastateur, Monsieur Cahuzac a affirmé son innocence. Que l’on se souvienne des images à l’Assemblée nationale. Il était droit, raide et avec des mots extrêmement forts, il a affirmé son innocence. Comment ne pas le croire ? Et j’avoue que j’ai été de ceux-là et j’ai même, à plusieurs reprises, défendu son innocence, à la télévision en rappelant bien entendu qu’il fallait attendre d’autres investigations.

Nous voilà tous doublement bernés. Bernés dans notre crédibilité puisque nous l’avons cru innocent et bernés politiquement car, à un moment donné, à force de le défendre, on avait presque l’impression de défendre les socialistes.

Il faut quand même se pencher sur la psychologie de cet homme. Jérôme Cahuzac était issu de deux familles respectables. Son père était résistant communiste tandis que sa mère était fille d’un pétainiste notoire. J’imagine qu’il en était mal à l’aise d’où rapidement son attitude rigide voire ultra-rigide, voulant en imposer à tous avec cette forme de mépris qu’il avait. Mais il s’est fait lui-même et il était, semble-t-il, un bon chirurgien généraliste lorsqu’interne ou chef de clinique chez le Pr. Paul-Henri Cugnenc à Laennec, il a commencé son métier. Il a laissé l’image d’un bon chirurgien, très (trop ?) sûr de lui, extrêmement prétentieux, mais sachant de temps en temps se mêler aux autres en salle de garde ou ailleurs.

Il a alors changé de métier et commencé à implanter des cheveux. Ce métier (certainement très honorable, mais qui n’est pas soumis aux règles de la Sécurité sociale) a dû lui permettre, et c’est normal, de s’enrichir de façon extrêmement importante. C’est vraisemblablement là le début du dérapage. Devant cet argent qu’il a probablement récupéré « au black » (j’imagine mal un émir du Qatar le payer en chèque), il a été tenté de ne pas le déclarer et peut-être, mais il s’agit seulement d’une hypothèse, de le placer en Suisse.

Ce qui me choque le plus (mais cela cadre un peu avec ce personnage arrogant), c’est son contact avec les laboratoires. Il a, semble-t-il, bénéficié de sa position chez Claude Evin, ministre de la Santé, comme conseiller technique chargé des relations avec les laboratoires pharmaceutiques. A sa sortie du ministère, il a créé Cahuzac Conseils. Claude Evin affirme ne jamais avoir été au courant de la création de cette société. C’est possible, mais curieux, car ils ont dû garder de bonnes relations. C’est là qu’il a fait un lobbysme effréné, permettant à certains laboratoires d’obtenir de bons prix pour leurs médicaments. Je suis surpris que les laboratoires soient tombés dans ce panneau absurde de cet argent « au noir », si tant est que ce soit vrai.

Jérôme Cahuzac a toujours gardé cet espèce de mépris qu’il avait vis-à-vis des uns et des autres, sûr de son intelligence, de sa compétence, de sa supériorité, vraisemblablement certain d’être à l’abri de toute investigation ou de toute poursuite tant il était supérieur aux autres. Il avait néanmoins un côté sympathique lorsqu’on le croisait (ce qui m’est arrivé à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale). On avait, lorsqu’il avait ces éclairs de sympathie, l’impression qu’il ne croyait pas beaucoup à ses opinions socialistes et qu’il avait trouvé là un moyen de réussir.

Ce qui est fascinant, c’est son obstination dans le mensonge qui là, vraisemblablement, relève de la psychologie ou de la psychiatrie. Comment peut-on imaginer lorsqu’on est, dans un premier temps, président de la Commission des Finances de l’Assemblée puis ministre du Budget, garder un secret comme celui qu’il gardait sans que personne ne s’y intéresse. Il y avait forcément des gens au courant.

Il est donc tombé. Faut-il le plaindre ? Certainement pas ! Faut-il le blâmer ? Oui, mais cet homme est probablement terminé. Il ne fera plus jamais de carrière politique, du moins je l’espère, et je le vois mal réimplanter des cheveux puisqu’il a divorcé de son associée. Il faut d’ailleurs toujours se méfier de sa future ex-épouse lorsque l’on divorce !

Faut-il maintenant pour autant rechercher d’autres responsabilités parmi les autres membres du gouvernement ? Certainement. Ils ont dû être intoxiqués par l’assurance de Cahuzac, mais ils auraient peut-être pu faire attention aux rumeurs et ils avaient tous les moyens de se renseigner, d’autant que ces rumeurs dataient de 2008 !

Que faut-il dire de Mediapart ? D’abord, je dois avouer que je n’ai pas cru ce site Internet, agacé par des révélations qui me semblaient ahurissantes, agacé aussi par cette bande magnétique qui apparaissait treize ans après avoir été enregistrée ! J’avoue maintenant mon erreur. Mediapart a eu raison et finalement il faudra prendre ce media plus au sérieux.


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0

commentaires