Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:40

Demain, l’Assemblée nationale sera amenée par le gouvernement à examiner la proposition de loi, déjà votée au sénat, permettant d’amnistier ceux qui se sont rendus coupables d’exactions à l’occasion d’un conflit social. Le saccage, le vandalisme, l’intimidation seront ainsi blanchis.

Ce projet est un affront fait à tous ceux, entrepreneurs, travailleurs et syndicalistes qui respectent la loi et qui ne confondent pas le dialogue et la violence. Cette prime à la brutalité n’est pas seulement une atteinte grave au fonctionnement responsable de notre démocratie sociale, c’est aussi un mauvais coup porté à la République et à ses repères.

Ce gouvernement est-il conscient de ce qu’il fait ?

D’un côté, il excuse la violence de certains syndicalistes, de l’autre, il reste sourd aux manifestants hostiles au mariage pour tous, dont l’immense majorité défile pacifiquement. D’un côté, il cède devant l’emploi de la force dans les usines, de l’autre il appelle légitimement au calme ceux qui descendent dans la rue. D’un côté, il désacralise l’autorité de l’Etat et le respect de nos lois, de l’autre il se targue d’introduire à l’Ecole un enseignement moral et civique.

Ce projet d’amnistie est, on le sait, porté par la gauche de la gauche. Pour s’assurer de sa fidélité, le gouvernement lâche sur les principes. Comment ne pas souligner le contraste entre ce qui est offert à la partie la plus extrême de la majorité et ce qui est refusé à ces milliers de Français qui depuis des mois battent le pavé en faveur du mariage traditionnel ? Cette indulgence sélective ne peut que choquer nos concitoyens.

Ce gouvernement est faible là il devrait être ferme, et il est dur là où il devrait se montrer bienveillant. C’est la marque d’un pouvoir indécis et injuste.

 

François Fillon

Partager cet article
Repost0

commentaires