Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 10:21
  • Gérard Dalongeville, ancien maire PS d'Hénin-Beaumont.
    Gérard Dalongeville, ancien maire PS d'Hénin-Beaumont. Crédits photo : © Pascal Rossignol / Reuters/Reuters

    Gérard Dalongeville, l'ancien maire socialiste d'Hénin-Beaumont, publie un livre jeudi sur le fonctionnement du PS dans le département. Il fait découvrir un système de corruption inquiétant.

    C'est le livre que craignaient les socialistes du Pas-de-Calais. Gérard Dalongeville, l'ancien maire d'Hénin-Beaumont, vient d'écrire un ouvrage intitulé Rose Mafia (éditions Jacob-Duvernet). Et selon l'Express qui a eu la primeur des meilleures pages, le résultat est plutôt gratiné. L'ancien élu, qui fut membre du PS avant d'être exclu, mis en examen pour détournement de fonds et corruption, y décrit un système «pourri jusqu'à la moelle». L'ouvrage sera mis en vente jeudi.

    Selon l'Express, Rose Mafia détaille le fonctionnement supposé «d'un système de corruption organisé par les élus socialistes»: emplois fictifs, commissions sur les marchés publics, et dons de militants qui seraient remboursés par des entreprises. Des accusations qui intéressent la justice: fin 2010, en détention après la révocation de son contrôle judiciaire, Gérard Dalongeville avait écrit plusieurs lettres à la juge Véronique Pair, en charge de l'instruction d'Hénin-Beaumont. Il y dénonçait un système de financement occulte du Parti socialiste du Pas-de-Calais, via la société d'économie mixte Adevia, en attribuant un rôle clé à Jean-Pierre Kucheida, le député-maire de Liévin.

    Sur-facturation de la publicité dans les journaux municipaux

    Gérard Dalongeville réaffirme donc l'implication de la société d'économie mixte Adevia et évoque également celle de la Soginorpa, organisme gérant les 62 000 logements miniers.

    La gestion du bailleur avait déjà été mise en cause, mais par sur le plan pénal, par la Chambre régionale des comptes. Enfin, l'ancien maire d'Hénin-Beaumont décrit des sur-facturations de 10% à 15% récupérées sous la forme de publicité dans les journaux municipaux. Un domaine qu'il connaît peut-être sur le bout des doigts: Gérard Dalongeville est lui même soupçonné d'avoir financé par des entreprises locales le «Journal du Pays», un gratuit dont il était le rédacteur en chef officieux.

    Gérard Dalongeville affirme détenir des preuves de ses accusations. Pourtant, de source judiciaire, elles sont toujours attendues par les policiers travaillant sur les enquêtes préliminaires ouvertes suite aux lettres de l'ancien maire. «Il a été entendu à plusieurs reprises sur ses déclarations mais le dossier est un peu creux», note un magistrat.

    Le livre de l'ancien maire donne toutefois des indications quant à sa future défense pour son procès. Ce dernier pourrait avoir lieu au second semestre de l'année voire début 2013. Il charge ainsi son ancien premier adjoint, accusé de s'être rendu au Luxembourg pour blanchir de l'argent destiné au parti socialiste. Gérard Dalongeville s'était déjà défaussé sur son adjoint devant la Chambre régionale des comptes. Cette juridiction a déjà jugé ces deux hommes et Guy Mollet, l'éminence grise de l'ancien maire, dans l'affaire des «avions-taxis» utilisés à des fins personnelles sur les deniers de la commune. Ils ont été tous trois condamnés à rembourser les sommes engagées.

    Par Gabriel Thierry
Partager cet article
Repost0

commentaires