Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 09:22
J’ai déjà parlé des « débats » lancés depuis plusieurs mois par l’UMP, je n’ai pas compris notre frénésie de débats. D’abord avec qui débattre ? Les citoyens ? Mais ils ont pour beaucoup d’autres préoccupations en tête : le chômage, la sécurité, le logement, le loyer et aussi l’avenir de leurs enfants. C’est véritablement là la source de leurs angoisses.

Sur quoi débattre ? Il y a certes l’immigration, elle est préoccupante car non maîtrisée, elle va aussi vraisemblablement s’accélérer à cause des révolutions arabes, peut-être ces Etats une fois équilibrés pourront-ils recevoir ceux et celles qui en sont partis mais ce sera long...

L’Europe pourtant ne pourra pas recevoir des millions d’immigrants, surtout en tant de crise. Il n’est pas question ni de haine, ni de racisme, il faut donc que le problème soit étudié à l’échelon européen pour y trouver une solution ou plutôt des solutions.

Dès qu’un pays sera équilibré, par exemple la Tunisie, il faudra l’aider économiquement, favoriser son tourisme pour que ses habitants puissent y vivre, ainsi que d’autres pays du pourtour méditerranéen. C’est pour cette raison que l’idée d’une union méditerranéenne est importante.

Quand des immigrés en nombre viendront en Europe, il faut qu’ils y soient répartis. Il serait dramatique qu’un seul ou que deux pays doivent faire face à cet afflux sans soutien des autres. L’Italie est en première ligne, nous aussi. L’aide des autres pays européens est indispensable. Ne l’oublions jamais, c’est le sens de l’Europe.

Il est inutile de faire un « débat » sur l’immigration, c’est au Gouvernement et au Parlement de résoudre ces problèmes s’ils sont aigus. Qui plus est, je ne vois pas ce que pourrait donner un « débat » national, participatif.
L’heure des débats arrivera pendant les campagnes électorales, chaque parti, chaque candidat déclinera devant le peuple ses idées, nous choisirons.

Aujourd’hui, l’heure est au travail parlementaire, à l'oeuvre de la démocratie représentative, à l’action gouvernementale. Sortir de la crise, redonner confiance en l’avenir, ne pas s’éparpiller, se rassembler, ne pas jouer avec les peurs mais traiter les véritables problèmes, telles doivent être nos priorités.


Pr Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0

commentaires