Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 12:01

 Economie et social | Ajouté le 10.05.2011 à 11H00

Monsieur le Directeur Général du FMI, votre action à la tête de cette organisation internationale a été véritablement difficile, j’en conviens. La Grèce, le Portugal, l’Espagne, tant de pays où vous avez du gendarmer.

Ils dépensaient trop, leurs dettes étaient abyssales, leurs fonctionnaires trop nombreux et, comble, leurs populations partaient trop tôt à la retraite.

Vous avez du leur demander de diminuer de façon drastique leurs fonctionnaires, d’accepter une politique de rigueur et surtout imposer une modification des régimes de retraites. Les citoyens de ces pays si mal gérés ont du accepter de travailler plus avec un départ à la retraite au plus tôt à 65 ans.

Que dire des autres pays du monde. L’Afrique a été forcée de se soumettre à votre régime libéral. Vous ne tolérez pas de laxisme, pas de déficits ; vous étiez le gendarme du monde, considéré par beaucoup de citoyens de ces pays comme le diable en personne, responsable du chômage, de la diminution du pouvoir d’achat.

Souvenez vous des manifestations hostiles que vous avez du affronter, des slogans vengeurs, voire même des jets de pierres. Votre vie n’a pas du être paisible mais vous étiez bien entouré par un staff d‘hommes et de femmes issus de la finance internationale, des libéraux purs et durs. Oui votre tâche n’a pas du être facile. Il est vrai que du haut de votre tour, dans votre bureau impressionnant, vous ne viviez pas la vie de ceux et de celles que vos oukases condamnaient à une misère que vous espériez temporaire, leurs promettant des jours meilleurs.

D’ailleurs, et cela vous honore, vous avez soutenu les décisions de la France, vous avez même, je le crois, applaudis aux réformes des retraites, de 60 à 62 ans, un petit pas par rapport à ceux que vous aviez imposé ailleurs.

Oui mais bientôt vous allez changer votre fusil d’épaule; vous souhaitez  devenir le candidat de la gauche française. Vous allez prôner, puisque tel est son programme, le retour à la retraite à 60 ans. (j’imagine l’effarement des Grecs, des Irlandais et de tant d’autres) ; vous allez promettre d’embaucher des dizaines de milliers de fonctionnaires, alors que, vous le savez, la France est le pays qui en a le plus grand nombre. Pire encore, vous allez être obligé d’accepter des dépenses pharamineuses, plus 30 à 50 milliards d'euros qui vont creuser les déficits déjà tellement importants. Homme libéral et strict au FMI, allez vous vous retrouver en socialiste inconscient en France?

Croyez-vous que le peuple français pourra une seconde vous croire? Pensez-vous que les socialistes, les tenant de l’extrême gauche, voire les écologistes vont vous croire une seule seconde?

J’imagine déjà dans les rues françaises des manifestations de Grecs, d’Espagnols, d’Irlandais vous traitant d’imposteur. Peut-être utiliseront-ils des termes plus violents, plus injurieux. Les CRS français seront là pour vous protéger de l’ire de ces citoyens trompés et écœurés.

Allons, Monsieur le Directeur Général du FMI, vous ne pouvez pas d’un coup de baguette magique dire en France le contraire de ce que vous dîtes aux USA et de là au monde entier!

Cette schizophrénie politique serait drôle si elle n’était sous-tendue par un mépris incommensurable pour la politique française, si elle ne traduisait pas simplement l’immense démagogie du programme socialiste que vous allez être forcé de faire vôtre.

Je m’égare, j’imagine votre honnêteté. Vous allez, j’en suis sûr, refuser de mentir aux Français. Soit vous ne vous présentez pas pour ne pas vous renier, soit vous allez mener une campagne électorale qui sera plus libérale encore que celle de la droite au gouvernement. C’est vrai que je n’ose pas imaginer que vous pensiez une seconde faire la campagne de Nicolas Sarkozy, lui qui a donné son accord pour que vous soyez au poste que vous occupez encore au FMI



Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0

commentaires