Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 12:21

 

épendance.

D’autre part, tu as fait un travail non négligeable, aussi bien dans ce ministère que dans l’autre. Et tout ceci, sous l’égide du Chef de l'Etat et du Premier Ministre. Lorsque tu n’as pas été reconduite dans tes fonctions ministérielles, tu as eu un moment de tristesse et de révolte.

J’aimerais te dire qu’il est habituel, pour un ministre, de quitter son poste lorsque le Président de la République le décide. On n’est pas ministre à vie.

Il est vrai que, depuis un certain temps, beaucoup sont ministres très longtemps et, lorsqu’ils l’ont été, pensent le redevenir aussitôt.

Beaucoup à droite l’ont été pendant 10 ans ou presque, et cela n’est pas une bonne chose. La réalité ne leur apparaît alors qu’à travers le prisme ministériel et beaucoup de décisions sont inappropriées.

Quant à la gauche, qui attend avec impatience et gourmandise de revenir au pouvoir, tous ceux qui rêvent d’être au perchoir, à Matignon, au ministère des finances, au Ministère des affaires étrangères, que sais-je encore, sont tous des vieux routiers de la politique qui ont déjà exercé, pour beaucoup, ces mêmes fonctions.

Il n’empêche que ces fonctions sont à la disposition du Président de la République. Lors de ton départ, tu as été nommée par le Chef de l'Etat, Ambassadeur de France, juste fonction puisque tu représentes dignement ce pays.

Au moment où Jean Louis Borloo a fait sa crise d’opposition, lui aussi déçu de ne pas avoir été nommé au poste de Premier Ministre, tu as décidé de le rejoindre et, en parfaite honnêteté, as quitté ton poste que tu devais à Nicolas Sarkozy.

Voici maintenant que les élections présidentielles approchent. Elles sont là ! Tu aurais dû te souvenir simplement, avec gratitude, de Nicolas Sarkozy qui t’a si bien choyée, à juste titre d'ailleurs, car tu le méritais. C’est néanmoins lui qui t’a fait ministre plusieurs fois et Ambassadeur.

Au lieu de ça, dans un mouvement d’humeur incompréhensible, tu as refusé et refuses encore de le soutenir. Je te le dis du fond du cœur, cette attitude n’est pas convenable, d’autant plus que tu es persuadée, à tort ou à raison, d’être une icône de la politique française et je ne suis pas sûr qu’un de ces prochains jours, tu ne te jettes pas dans les bras de la gauche pour pouvoir rebondir, voire même survivre. Ces illusions narcissiques sont intolérables.

Certes il s’agit là d’un procès d’intention mais je crains d’avoir raison. Encore une fois, ma Chère Rama, la non reconnaissance et la trahison en politique sont monnaie courante. Je te croyais différente, plus honnête et mue par une éthique certes rare mais sans faille.


Pr. Bernard DEBRE

Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0

commentaires