Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 15:59

 

Voici les primaires lancées, c’est un peu comme une course de chevaux  commentée par Léon Zitrone (d’ailleurs le programme socialiste de 1980 a été élaboré par Léon Zitrone)

Cette course est triste à voir, pas de fond, pas d’imagination et surtout pas de souffle.

Il nous faudrait une vision, des décisions fortes, de la nouveauté. Là, rien, des querelles de personnes. De stations balnéaires en gîtes ruraux, nos socialistes se sont crus spectateurs du Tour de France.

Des querelles apparaissent, souvent en-dessous de la ceinture, gérées par les « lieutenants » pour ne pas salir les candidats. Il faut bien montrer une différence quand le programme est le même pour tous.

C’est vrai qu’il est tellement indigent que certains candidats tentent de le faire oublier. Dans quelques jours, quand les « vacances » des Français seront terminées, les querelles sérieuses vont commencer.

Y aura-t-il débat? Dans le sens où nous l’aimerions, certainement pas. Il sera factice et débilitant. Un nouveau piège que se sont tendus les candidats à la candidature.

Comment pourrait-on mettre en débat les 35 heures? Comment imaginer revenir sur l’âge de la retraite? Comment aller à l'encontre d'un  programme voté à l’unanimité?

En réalité ces primaires sont un défilé de mode et Madame de Fontenay, avec son joli chapeau, eut pu en être la parfaite organisatrice.

Imaginez la scène. Un premier défilé en maillot de bain, un deuxième en habit présidentiel, un troisième en chef de guerre, un quatrième en responsable de la diplomatie. Un code électronique et les résultats à l’Olympia rénové!

Le dicton populaire « qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse » sera compris à l’envers. C’est le flacon qui va compter, l’ivresse est impossible. Je parle de l’ivresse dans un bon sens, celui de l’adhésion, de l’enthousiasme.

Allons voir le spectacle, il sera garanti! Mesdames, messieurs, le cirque commence. Ne venez pas trop nombreux, vous risquez d’en être déçus.


Pr. Bernard Debré
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0

commentaires