Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 11:50
 
Jamais un président n’a été aussi critiqué sous la Vème République. Même Giscard d’Estaing à son époque, que n’entendions nous pas! Aussi bien de la part de l’opposition qui en devient grotesque et obsessionnelle, peut être pour faire oublier l’inanité de ses propositions, que de la part de certains médias qui ne trouvent pas une de ses actions favorable à leurs yeux.

Et pourtant il va gagner, paradoxe?

Il a montré une incroyable capacité à mener la politique extérieure de la France, aussi bien à l’Est avec la Russie, qu’au Sud avec l’Afrique que l’on disait oubliée, mais aussi et surtout en Europe. Il a incontestablement pris la tête des pays d’Europe endormis et incapables. L’Allemagne, bien que sortant avec brio de la crise, est obligée d’accepter de le suivre, l’Italie, hésitante et maladroite signe des accords qui s’imposeront à tous.

Mais n’oublions pas la politique intérieure. Elle peut paraître brouillonne, elle est en réalité, qu’on le veuille ou non, menée selon une direction clairvoyante. La France s’est plutôt bien sortie de la crise, il reste du chemin à faire, mais de l’avis de tous, la France a pris de bonnes décisions économiques et sociales. Les retraites sont sauvées , les universités sont devenues progressivement autonomes, la sécurité et l’immigration, bien que critiquées sont traitées avec détermination. Lois après lois, la France change et se modernise.

Certes tout aurait pu aller mieux, les réformes aller plus vite, mais c’était sans compter sur l’inertie du corps des élites françaises.

De l’autre côté, l’opposition est muette, sans programme, entraînée dans le piège des primaires où s’affrontent les leaders socialistes; des écologistes sans âme, qui ont à choisir entre deux candidats médiocres;  l’extrême gauche qui se ringardise de plus en plus, et qui, niant la mondialisation, ressort des recettes des années passées.

Si la victoire est probable, il ne faut pas qu’elle soit obérée par l’absurdité des ambitions personnelles. Il ne faut pas que le centre recommence sa valse hésitation, sa danse du ventre. Il faut en un mot que l’union revienne comme au début du quinquennat, faisant taire les ambitions personnelles.

Quand à l’extrême droite, isolée, peu crédible ni économiquement ni politiquement, elle va voir ses ambitions se fracasser sur le rocher de la réalité.

Dans quelques mois, tous seront forcés d’admettre que la seule solution sera de voter pour Nicolas Sarkozy. Les uns avec enthousiasme, les autres par raison. C’est mon sentiment.


Pr. Bernard Debré
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0

commentaires