Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 18:25

Monsieur le Premier secrétaire du Parti socialiste,

Vous avez souvent l’injure facile vis-à-vis de l’Opposition, bien entendu, et vous prétendez être offusqué par un certain nombre de phrases. Laissez-moi vous demander simplement ceci : il y a eu 8 élections partielles successives et vous les avez toutes perdues. Je vous ferai remarquer que pour la plupart d’entre elles, le Parti socialiste est arrivé en troisième position.

Certes, de façon assez molle, vous avez appelé à ne pas voter pour le Front national, mais la réalité est toute autre. Prenons l’exemple de Villeneuve-sur-Lot. Beaucoup de vos électeurs se sont reportés sur le FN. Oserais-je rappeler l’exemple de l’Oise où, face à Jean-François Mancel, le sénateur socialiste Yves Rome a très clairement appelé à voter pour le FN pour faire barrage à l’UMP.


C’est donc à vous que l’on doit poser cette question. Comment faire pour que vos troupes vous suivent car le drame que vous portez est qu’une partie de votre électorat risque de voter directement pour le FN, dès le premier tour, diminuant ainsi le nombre de vos voix. Et vous osez maintenant nous donner des conseils, nous jeter ces anathèmes ridicules ?

Nous avons toujours appelé à faire barrage face au Front national. Dès que l’un de nos membres envisage de faire alliance avec ce parti, il est immédiatement exclu. Alors, regardez-vous dans la glace avant d’aller critiquer les autres !

Le Parti socialiste, qui favorise partout le FN en prenant des décisions outrancières et en suivant l’Extrême-gauche, se trouve pris dans la nasse aujourd’hui. Il voit ces adhérents et militants fondre comme neige au soleil. Il voit le Front national grandir, s’épanouir. D’ailleurs, le FN n’a jamais été aussi vigoureux que lorsque les socialistes sont au pouvoir.

Peut-être est-ce un calcul de votre part ? Mais là où vous allez vraisemblablement tomber dans le piège, c’est que ce sont vos troupes qui vous quittent et le choix du second tour vous appartiendra et non à nous. A bon entendeur, salut !

Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris

Partager cet article
Repost0

commentaires