Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 11:34
La vie et l’action d’un conseiller municipal minoritaire sont difficiles.

 

Le travail en commun, la mise en réseau, l’échange d’expériences et d’informations doivent nous permettre de mieux remplir nos mandats respectifs tout en nous permettant d’acquérir notoriété et crédibilité.

 

Tous les élus minoritaires de la Métropole nantaise ont un point commun : ils ont affronté un candidat socialiste soutenu par Jean-Marc Ayrault.

 

Partant de ces constats et convictions, j’ai décidé d’engager un travail de rapprochement avec tous les élus qui le voudront (c’est une démarche de projet et non une démarche partisane) afin de parvenir à une structuration des minorités au niveau de la métropole et de nous permettre d’échanger nos positions et informations sur de nombreux sujets de compétences municipale et métropolitaine, de conduire des actions communes, et de préparer l’avenir.

 

Nous n’avons pas vocation à être éternellement des élus d’opposition. Le travail de fond et sur le terrain sont les clefs de la réussite.

 

Les grandes lignes de la démarche :

 

  1. Échanger les informations entre les différents groupes minoritaires = un circuit d’information entre tous les élus participants à la démarche pour que l’information monte et descende.

 

  1. Faire valoir notre vision communautaire = organiser des réunions thématiques sur les compétences communautaires : les déplacements, l’urbanisme, les déchets….

Les premières réunions seront consacrées aux déplacements.

 

  1. Organiser des réunions thématiques sur les sujets communs à plusieurs communes pour définir une position métropolitaine.

 

  1. Préparer 2014 : présenter une plate-forme métropolitaine qui propose une autre vision de développement et d’aménagement de la métropole et des 24 communes membres.

 

Il s’agit de la 1ère étape. À terme, il conviendra de se rapprocher des équipes majoritaires qui partagent nos valeurs. Ensuite, il nous faudra sans doute travailler avec celles et ceux qui partageront notre ambition pour Nantes métropole dans les autres communes, actuellement sans minorité de Nantes Métropole.

 

Les villes membres de Nantes Métropole 2014 :

-          Bouaye

-          Bouguenais

-          La Montagne

-          Le Pellerin

-          Les Sorinières

-          Nantes

-          Rezé

-          Saint-Jean-de-Boiseau

-          Saint-Herblain

-          Sainte-Luce-sur-Loire

-          Thouaré-sur-Loire

(Communes sans minorité : Saint-Léger-les-Vignes, Brains, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Couëron, Indre, Mauves-sur-Loire)

Par Julien BAINVEL
Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 11:31
Mardi 19 avril 2011 2 19 /04 /Avr /2011 08:26
OF 11-04-11

Ouest France - 11/04/2011

 

PO 11-04-11

Presse Océan - 11/04/2011

Par Julien BAINVEL
Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 11:27
Mardi 19 avril 2011
Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

  

Cette petite DM permet de faire quelques ajustements sur les AP et les CP avec notamment l’affectation d’une AP pour le financement de l’échangeur Aigrefeuille-Montbert.

 

En revanche, il n’est procédé à aucun ajustement en recettes alors même que nous avons appris fin mars les chiffres définitifs, pour l’année 2010, des droits de mutation à titre onéreux. Pour mémoire, vous aviez budgété 100 M€ de recettes à ce titre, et le Département a effectivement perçu plus de 151 M€. Sur cette somme, 5 M€ sont destinés au fonds national de péréquation, le Conseil général perçoit donc un peu plus de 146 M€, soit 46 M€ de plus que prévu.

 

Cette somme n’est pas négligeable. Or, nous n’avons aucune information sur l’usage qui a été fait de cet argent. A quoi va servir cette cagnotte à laquelle vous ne vous attendiez pas ?

 

Enfin, pour l’année 2011, pourquoi ne pas profiter de cette première DM pour procéder à un réajustement de la recette prévisionnelle DMTO puisque nous savons déjà que les 137 M€ inscrits au budget primitif seront dépassés.

 

 

Cette gestion insincère s’est faite malheureusement au détriment des habitants et des familles de Loire Atlantique qui ont vu la taxe foncière augmenter de 17% cette année.

 

À l’avenir, nous aurions intérêt à adopter des budgets prévisionnels plus réalistes ou à retarder la date du vote du budget.

 

 

Pour toutes ces raisons, le Groupe Démocratie 44 s’abstiendra sur ce dossier.

 

Je vous remercie.

 

Par André TRILLARD - Publié dans : Discours
Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 12:25

 

Petit Rappel

Il y a quelques semaines, beaucoup de figures du PS étaient à Jarnac pour commémorer les quinze ans de la mort de François Mitterrand. Le seul socialiste à avoir accéder à la présidence de la République illustrait tellement bien pourquoi le général de Gaulle disait qu’il n’aimait pas les socialistes…

Le cynisme comme boussole

Déjà, il faut se souvenir que cette figure tutélaire du PS avait été élue à l’Assemblée Nationale en 1946 avec le soutien de l’extrême droite et qu’il a commandité un faux attentat contre lui-même (l’affaire de l’Observatoire en 1959) avec l’aide d’un ancien député poujadiste. Bref, François Mitterrand a toujours semblé prêt à tout pour accéder au pouvoir. Tout le problème est que le Parti Socialiste s’est inspiré de lui et non de Pierre Mendès France.

C’est lui également qui a dénoncé les journalistes (« les chiens ») lors de l’enterrement de Pierre Bérégovoy alors qu’il n’avait pas vu son ancien Premier Ministre depuis la défaite historique des élections législatives. Il a également été porteur d’une vision extrêmement égocentrique de la politique où tout ce qui était fait était davantage destiné à façonner son histoire personnelle plutôt que d’améliorer le sort des Français, ce qui explique en partie son soutien au projet européen.

Enfin, François Mitterrand, c’était tout de même un rapport particulier avec l’honnêteté, un nombre considérable, qu’Edwy Plenel et d’autres se chargèrent de révéler à la fin de son second mandat, totalement crépusculaire. Entre les affaires des écoutes de journalistes et de stars, les affaires de financement du Parti Socialiste, les innombrables conflits d’intérêt (soutien à Guy Ligier…), il représente un sommet qui ne sera sans doute heureusement jamais plus atteint.

« Je n’aime pas les socialistes parce qu’ils ne sont pas socialistes »

Un examen du parcours politique de François Mitterrand peine à donner une quelconque cohérence. Quoi de commun entre le candidat du programme commun de la gauche en 1981 et le président qui autorisa la totale déréglementation de la circulation des capitaux, qui rendit la Banque de France indépendante et qui abaissa les barrières commerciales, mettant en concurrence les ouvriers Français avec ceux du monde entier, entraînant délocalisations et hausse du chômage ?

Bien sûr, les mitterrandistes pourront toujours s’accrocher à l’abolition de la peine de mort (votée par Jacques Chirac et Philippe Séguin) et quelques conquêtes sociales, mais ces dernières ont été rendues insoutenables par l’adhésion sans recul et sans mesure de ce président « socialiste » à la globalisation néolibérale. Frédéric Lordon et Jean-Pierre Chevènement ont bien montré à quel point les socialistes ont joué un rôle plus important que la droite dans cette évolution…

François Mitterrand, c’est aussi le président qui a instrumentalisé l’extrême droite pour affaiblir ses adversaires, intervenant pour faire accéder Jean-Marie Le Pen aux médias, alors sous contrôle public. Quel socialiste sincère aurait pu favoriser l’émergence du FN s’il avait la moindre sincérité dans son engagement ? Pour moi, il ne restera de lui que l’image d’un cynique absolu, sans foi ni loi, l’exemple de ce que ne doit pas être la politique.

François Mitterrand n’était pas sur terre pour servir les Français. Comme un autre célèbre avocat parvenu à l’Elysée, il était là pour construire son roman personnel, ses rêves de gloire. Il faut bien avoir conscience aujourd’hui que tous les candidats socialistes aux primaires sont ses dignes enfants politiques…

Source : Gaulliste libre.

Alain GOUHIER
Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 12:11

 


 

Voici qu'on s'oriente vers des primaires particulières. Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn vont s'entendre pour ne présenter qu'une seule candidature... Ils vont certainement aussi lancer un appel aux autres candidats potentiels pour qu'ils s'effacent. Ainsi tout sera réglé autour d'une table et d'une bouteille de bon champagne, voici la meilleure attitude pour gruger les électeurs socialistes.

Il est vrai que les petits candidats vont pousser des cris, vite étouffés par cet appel à l'unité dans le camp socialiste. Ne l'oublions pas il y aura aussi un écologiste ou deux, Nicolas Hulot s'il accepte de participer aux primaires, et Eva Joly dans le cas contraire, et Jean-Luc Mélenchon bien entendu. Les électeurs auront le choix, à gauche.

Ces primaires socialistes risquent d'être une véritable arnaque, quoiqu'annoncées avec beaucoup de bruit, un battage médiatique : « voici l'exemple de la démocratie » mais elles se termineront dans le ridicule d'une séance dinatoire. Les Français apprécieront !

D'autant plus que si DSK est le candidat désigné, il aura du mal à défendre le programme socialiste qui prône l'exact contraire de ce que dit le président du F.M.I... Nouvelle arnaque, cette fois-ci beaucoup plus grave. Décidément les socialistes prennent les Français pour des immatures.

Cette situation est grave, je le dis sans crainte. Elle va entraîner un nouveau rejet des « politiques ». Elle fait le jeu des extrêmes. Mélanchon et Le Pen : même combat. J'aurais préféré que les partis dits de Gouvernement s'affirment comme tels. A l'UMP, des candidats potentiels apparaissent. Je suis persuadé que ni Jean-Louis Borloo, ni Dominique de Villepin n'iront jusqu'au bout. L'un comme l'autre regagneront la formation majoritaire actuelle. Sera-ce Nicolas Sarkozy ? Oui, s'il le décide et que l'UMP l'accepte -ce qui ne fait aucun doute pour l'UMP. Dans le cas contraire, nous désignerons un candidat alternatif mais nos chances de gagner seraient – je l'affirme – amoindries.

Une élection présidentielle ne s'improvise pas, il faut de l'ardeur, de la pugnacité, du temps. Il faut surtout l'envie d'y aller, y penser (pas seulement « en se rasant »), une cuirasse épaisse car les coups pleuvent et peuvent faire mal.

Un an ! La campagne est lancée. Ou plutôt : c'est le « tour de chauffe ».

Pour les socialistes, vous l'avez compris, les dés sont pipés. D'ailleurs, ce tour de chauffe chez eux a commencé mais s'arrêtera le 13 juillet, date ultime de dépôt des candidatures aux primaires. Puis ce seront, pour tous les vacances, leurs troupes ne pourront pas se révolter devant l'arnaque... Les militants seront sur les plages. A la rentrée, l'organe fixé par le candidat désigné sera accepté, faute de choix alternatif...

Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 11:46
par Franck Louvrier, vendredi 15 avril 2011, 19:41

L’Association des Régions de France a présenté, hier, un acte III de la décentralisation.
L’histoire de notre pays est profondément marquée par un jacobinisme exacerbé de nos dirigeants. Cette tendance a laissé de profonds stigmates : la démocratie locale était analysée avec méfiance, comme autant de foyers possibles de résistances à l’autorité centrale!
Le fait régional, porté par le Général DE GAULLE d’ailleurs, naquit par les grandes lois de décentralisation de 1981 et permit une liberté locale formidable, améliorant tout aussi formidablement la vie quotidienne de nos concitoyens.
Depuis lors, ni la droite ni la gauche ne songèrent une seconde à remettre en cause ce principe d’une République décentralisée, principe constitutionnel.


Alors, entendre à nouveau, Monsieur Alain ROUSSET, Président de l’ARF, plaider pour une abrogation de la réforme territoriale, «dans l’intérêt de la démocratie», appelant, dans le même texte, à une clarification urgente des compétences… c’est insulter l’intelligence de nos concitoyens en créant un pauvre débat partisan là où le bon sens s’impose!
La décentralisation, comme l’a souvent réaffirmé le Président de la République, c’est une conquête. Mais, élus de droite comme de gauche, il est responsable d’avouer que l’on a empilé les structures, multiplié les transferts de compétence… et multiplié, par conséquent, les complexités de notre organisation territoriale. Il est donc tout aussi responsable de la réformer. Alors reprocher au gouvernement de vouloir asphyxier les collectivités par cette réforme n’est qu’un bien mauvais procès d’intention.


Quelle cohérence politique et quelle honnêteté verraient nos concitoyens si l’Etat luttait seul contre le déficit public, laissant les régions poursuivre leurs dépenses inconsidérées, en créant plus d’emplois publics que l’Etat n’en supprime? Et que dire de l’augmentation des dépenses locales de 40 milliards entre 2003 et 2007, en dehors de tout transfert de compétence? Comment croire les régions qui demandent plus de compétences propres alors que, lorsque l’Etat propose de les partager, comme avec l’apprentissage, elles se désengagent aussi discrètement que scandaleusement de leur financement?
La décentralisation, nous la défendons tous, mais pas si elle doit être synonyme de fuite devant nos responsabilités.


La réforme territoriale, parce qu’elle surmonte le «conflit» de compétence entre département et région grâce au nouveau conseiller territorial, parce qu’elle rationalise l’intercommunalité, rend tout simplement service à la décentralisation. Une démocratie locale plus efficace, n’est-ce-pas ce que nous souhaitons tous? Hier, une nouvelle frontière est née : entre les réformateurs que nous sommes et les conservateurs que sont certains élus installés.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 18:30
L'association "Touche pas à ma Constitution" s'engage à payer toutes les amendes "grâce à un fonds d’un million d’euros de défense de la Liberté et de la Laïcité."

 

Une femme portant le voile intégral. (c) Afp  

Les opposants à la loi interdisant le port du voile intégral dans l'espace public ne désarment pas. L'un d'entre eux, Rachid Nekkaz, porte-parole de l'association "Touche pas à ma Constitution", appelle les femmes souhaitant "continuer à porter librement le niqab dans la rue à la désobéissance civile".


A l'origine de la manifestation sur le parvis de Notre-Dame de Paris le jour de l'entrée en vigueur de la loi (le 11 avril 2011) sur le parvis de Notre-Dame de Paris, Rachid Nekkaz prévoit d'en organiser une seconde ce vendredi 15 avril à 14h30 dans un lieu touristique de Paris.

"Je suis contre le port du niqab mais je défends le principe de la liberté de le porter dans la rue exclusivement", précise-t-il, devançant tout amalgame.

L'association s'engage, par conséquent, à payer toutes les amendes "grâce à un fonds d’un million d’euros de défense de la Liberté et de la Laïcité." Ce fonds est, selon Rachid Nekkaz, financé par un immeuble qu’il possède avec sa femme à Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne.

La loi du 11 octobre 2010 prévoit une amende de 150 euros et/ou un stage de citoyenneté. Selon diverses estimations, la France compterait environ 2.000 femmes intégralement voilées.

 

"La peur a changé de camp"

Interrogé mardi 12 avril à l'Assemblée nationale, le ministre chargé des Collectivités territoriales Philippe Richert a indiqué que quatre femmes voilées ont été "verbalisées" depuis l'entrée en vigueur de la loi.

Un chiffre que Rachid Nekkaz conteste catégoriquement. Pour l'heure, estime t-il, le président de la République, "Nicolas Sarkozy tente d'intimider tous les citoyens qui ne partagent ni ses opinions ni sa politique en les embarquant de façon musclée".

Lui-même a été interpellé lundi 11 avril à proximité du Palais de l'Elysée et entendu librement pendant quatre heures au commissariat du 9e arrondissement de Paris. Il portait un masque vénitien et était accompagné de deux autres personnes, dont une femme habillée d'un niqab. Rachid Nekkaz assure qu'aucun d'eux n'a été verbalisé, ce que confirme la Préfecture de police de Paris. La preuve, selon lui, que "la peur a changé de camp". A tel point que le militant, par ailleurs candidat à l'investiture socialiste pour la présidentielle 2012, défie aujourd'hui le Président de la République : "Lorsque le Président Sarkozy aura le courage de faire dresser les amendes aux femmes portant librement le niqab dans la rue ou aux citoyens portant un masque vénitien, j'attaquerai l’Etat français auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme afin qu’il soit sanctionné pour violation de la Déclaration européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales."

source  le nouvel observateur bien sur journal  qui trahi nos valeurs  

 
Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:24
20 Minutes 12-04-11

20 Minutes - 12-04-11

Julien BAINVEL
Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 08:43
Pourquoi la France sera islamisée...
En cette période de printemps arabe faisant tomber les dictateurs de pays à majorité musulmane, de nombreux débats agitent les pays occidentaux pour tenter de trouver une place à l'Islam dans la société.

 

La loi qui vient d'être votée en France concernant le Niqab et la Burqa en France ainsi que le débat sur la laicité pose alors la question de la place de l'Islam en France mais aussi et surtout la place que cette religion aura plus tard dans notre pays. 

La France sera islamisée à plus ou moins long terme.

 

Pourquoi affirmer une telle chose?

Plusieurs points peuvent le laisser penser:

 

Tout d'abord, la démographie est un facteur important pour expliquer cet aspect: La génération des années 40, celle dite du "baby boom" va bientôt partir à la retraite. Qu'est ce que cela implique quant on sait qu'il y aura plus de retraités que de personnes pour payer ces retraites? tout simplement que la politique migratoire va continuer.

Citant l'étude de deux économistes, BFMTV dit qu'il faudrait d'ici à 2040 10 millions d'immigrés pour, je cite: "regénérer la population, pour préserver notre capacité d'innovation, pour pérenniser notre protection sociale".

Or quand on sait qu'une grande partie de l'immigration vient d'anciennes colonies françaises africaine (comme l'Algérie, la Tunisie, etc) et que ces pays sont de culture arabo-musulmane, ceci induit automatiquement une augmentation du nombre de musulmans en France.

Une autre donnée démographique est la plus grande importance du nombre de naissances chez des personnes d'origine immigrée que chez des français dits "de souche". C'est un comportement socio-culturel que les personnes fraichement arrivées en France reproduisent. En général cela s'estompe au bout d'une ou deux générations.

Il n'en reste pas moins vrai que cela contribue indirectement à une hausse du nombre de personnes de culture islamique (toujours selon l'idée que l'immigration provient en plus grande partie de pays du Maghreb même si l'Afrique subsaharienne est aussi à prendre en compte)

Troisième point concernant la démographie: si l'on considère que l'immigration crée un plus grand nombre de musulmans en France chaque année, il faut voir que pendant ce temps là, la part de personnes non musulmanes diminue du fait du plus faible (mais pas nul) taux de naissance chez des Français "de souche" ou pas mais sans culture arabo musulmane.

N'oublions pas enfin qu'il y a environ 6 millions de musulmans en France!

 

Un autre point peut nous faire penser que la France sera islamisée: le poids et la visibilité de l'Islam. Les débats qui ont lieu régulièrement qui concernent la laicité placent l'Islam sur le devant de la scène et permettent à cette religion d'avoir une tribune médiatique forte et une visibilité dans la société par les vêtements qui les distinguent des autres (foulard, barbe,...) ou même tout simplement la prière dans la rue.

Une autre idée vient du fait des conversions à l'Islam. De plus en plus nombreuses chaque année grâce à la ferveur religieuse , parfois poussée jusqu'au fanatisme, de certains. Ces conversions peuvent s'expliquer par la perte de repères chez certaines personnes face à une société individualiste et permissive à l'extrême.

L'Islam leur offrirait un point de repère dans leur vie auquel se raccrocher.

 

Enfin il faut bien voir que déjà certains quartiers dans nos villes sont islamisés au point que même des personnes non musulmanes subissent des pressions pour porter le voile puis l'enlèvent une fois en dehors de la ville, des personnes non musulmanes qui mangent pendant le Ramadan voient leurs déjeuner piétiné... (voir à ce sujet l'intervention du maire de Montfermeil à l'occasion du débat sur la laicité)

En soit, l'Islamisation de la France ne poserait pas de problème s'il n'y avait des points d'accrochages:

Le premier est: l'Islam est une religion mais AUSSI et SURTOUT un système politico-religieux. Plus l'Islam est important en France plus le risque de voir cette religion se politiser est fort. Et qui dit politisation dit: recherche de pouvoir et d'encore plus de reconnaissance. Nous avons donc en France actuellement un parti en puissance représentant plus de 6 millions de personnes! Quel parti traditionnel ne rêverait pas d'atteindre ce nombre d'adhérents? Cette oumma (communauté en arabe) est donc déjà forte et se renforcera très certainement dans les années à venir.

 

L'Islamisation de la France ne poserait pas de problème si l'Islam respectait vraiment la démocratie. est-ce vraiment le cas? Nous ne pouvons pas en être si sûr si on prend des exemples de pays de culture musulmane "démocratiques": en Turquie les chrétiens subissent des pressions continuelles, on cherche à récupérer certains de leurs édifices religieux sous des prétextes fallacieux; en Egypte, après la révolution, une nouvelle constitution basée sur la charia a vu le jour! Et mème en n'allant pas aussi loin, le non-respect de la laicité dans de nombreux endroits n'est pas nécessairement le fait d'extrémistes. 

Savez-vous ce qu'est la charia? La loi musulmane qui doit régir la vie de chaque individu jusque dans ses moindres détails. Pas de liberté possible! Quelques exemples: les voleurs ont la main coupée pour le premier vol puis le pied opposé au second, les femmes adultères sont lapidées, les femmes en pantalon sont fouettées, les non musulmans doivent payer un impot et n'ont pas accès à certaines fonctions importantes...

Donc ceux qui disent que même si l'islam devient majoritaires en France ce n'est pas grave c'est la beauté de la démocratie je leur réponds: "certes, la démocratie est une belle chose, mais si cette même démocratie doit conduire à une tyrannie, est-elle aussi belle?"

Si un jour la République française devait être remplacée par une République islamique, comment cela se passerait? Est ce que cela se passera pacifiquement? est-ce que les démocrates et les non-musulmans rejetteront ce nouveau système au point de générer une crise profonde et durable? Est-ce le nouveau régime islamique cherchera à convertir de force les non-musulmans?  

 

Ce sont autant de questions que nous devons nous poser pour notre avenir et celui de nos enfants. sourceC4N

Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 08:31

Etant porteuse depuis 2003 (dans son rapport à Jean-Pierre Raffarin : « Pour sortir de l’isolement, un nouveau projet de société ») de l’idée de Dividende Universel, versé de manière inconditionnelle à tous les citoyens, pour moderniser notre protection sociale, Christine BOUTIN note avec plaisir que d’autres responsables politiques avancent aujourd’hui dans le même sens.

200px-Launch_Republique_Solidaire_2010-06-19_n05Fixé à 400€ pour les adultes et 200€ pour les enfants, le Dividende Universel est un socle inconditionnel qui marque l’appartenance à la Nation et assure à tous de ne jamais tomber dans l’extrême précarité. Le financement est assuré par la disparition de nombreuses allocations existantes et par un ajustement de la fiscalité.

« Il y a un point d’accord avec Villepin : on doit faire un électrochoc et sortir des mesurettes ! » souligne la Présidente du Parti Chrétien-Démocrate.

« Par contre, Villepin fait une grave erreur : il prône la citoyenneté mais il oublie la justice. En fixant son revenu citoyen à 850€, et non comme le PCD à 400€, il encourage l’oisiveté et discrédite le goût de l’effort. »

Christine BOUTIN rappelle en effet : « la justice c’est deux choses qui doivent rester liées : assurer à chacun de ne pas être sans rien, mais valoriser et encourager l’effort… l’erreur de Villepin c’est d’être injuste envers les classes moyennes et donc de construire une société sans dynamisme».

« Derrière une bonne analyse, il y a plus qu’un problème de curseur : Villepin confond la justice et l’assistanat .. ; je l’incite à continuer à travailler ! » conclut Christine BOUTIN.

           
 Gaullistes de Bretagne et Pays de la Loire
Partager cet article
Repost0