Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 14:31

Petite leçon de socialisme,

Un professeur d'économie dans un lycée annonce fièrement qu'il n'a jamais vu un seul de ses élèves échouer, à l'exception d'une année, où ce fut la classe entière qui a connu l'échec.

Cette classe était entièrement convaincue que le socialisme était une idéologie qui fonctionnait, et que personne n'était ni pauvre ni riche !

Un système égalitaire parfait.

Le professeur dit alors :

"OK donc, nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera en tête avec de très bonnes notes."

Après le 1er contrôle, on fit la moyenne de la classe et tout le monde obtint un 13/20.

Les élèves qui avaient travaillé dur n'étaient pas très heureux au contraire de ceux qui n'avaient rien fait et qui, eux, étaient ravis.

A l'approche du 2ème contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins tandis que ceux qui s'étaient donné de la peine pour le 1er test décidèrent de lever le pied et de moins travailler. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20 !  Personne n'était satisfait ..

Quand arriva le 3ème contrôle, la moyenne tomba à 5/20. Les notes ne remontèrent jamais, alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d'oiseaux, dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu'un d'autre.

A leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final. Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal car, quand la récompense est importante, l'effort pour l'obtenir est tout aussi important, tandis que, si on confisque les récompenses, plus personne ne cherche ni n'essaie de réussir.

Les choses sont aussi simples que çà.

Voici un petit extrait de discours qui résume parfaitement les choses. "

"Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. "

"Tout ce qu'un individu reçoit sans rien faire pour l'obtenir, un autre individu a dû travailler "pour le produire sans en tirer profit. "

"Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu'il a préalablement confisqué à d'autres. "

"Quand la moitié d'un peuple croit qu'il ne sert à rien de faire des efforts car l'autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu'il ne sert à rien d'en faire car ils bénéficieront à d'autres, cela mes amis, s'appelle le déclin et la fin d'une nation. On n'accroît pas les biens en les divisant."

Dr. Adrian Rogers, 1931

Pas besoin de commentaires.....!!!!!

 

alain GOUHIER

Partager cet article
Repost0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 09:19

La desserte routière de l’aéroport sera dimensionnée à 2×2 voies pour pouvoir correctement absorber le trafic prévu à la mise en service (environ 15 000 véhicules par jour) et à l’horizon 2025 (25 000 véhicules par jour), qu’il soit produit par l’aéroport (passagers et emplois induits), lié aux zones d’activités prévues aux extrémités de la zone aéroportuaire ou lié à l’évolution du trafic local.

Cette voie, qui sera intégrée au réseau routier national en tant que route express, s’inscrit pleinement dans la démarche globale de développement durable, liée à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Cette desserte sera de type « apaisée », avec notamment des aménagements qui incitent au respect de la vitesse limitée à 90 km/h.

Du point de vue de l’environnement, le tracé a permis d’éviter les espaces naturels les plus sensibles, et de préserver au mieux les corridors écologiques existants, notamment par la création de deux passages à faune, à l’est et à l’ouest de l’aéroport. En outre, le choix du tracé nord, au plus près de la zone aéroportuaire, s’avère également favorable à la préservation de l’activité agricole, en limitant la création de délaissés.

Trois giratoires intermédiaires sur la desserte routière permettront par ailleurs de rétablir la voirie locale et d’assurer :

- la continuité nord-sud via la RD 15 vers le Temple-de-Bretagne et le raccordement de la voie des Epinettes,
- l’accès unique de l’aéroport (à l’exception d’un accès technique à l’est) et la desserte de Vigneux-de-Bretagne par la RD 81,
- le branchement de la desserte vers le sud, via la RD 326.

Raccordements de la desserte routière aux RN165 et 137 / Echangeur du Temple-de-Bretagne
Cet échangeur sera situé en extrémité ouest du projet, au niveau du raccordement avec la RN 165, sur les communes du Temple-de-Bretagne, Malville et Fay-de-Bretagne. Outre le branchement de la voie de desserte de l’aéroport, il assurera le raccordement de la RD 965 vers le Temple-de-Bretagne, et l’accès à la future zone d’activités de la Folaine. Il permettra aussi, à l’issue de la mise à 2X3 voies de la RN 165, le raccordement de l’itinéraire de substitution.

Echangeur de Grandchamp-des-Fontaines
Situé en extrémité est du projet, sur les communes de Grandchamp-des-Fontaines et de Treillières, cet échangeur assurera le raccordement de la desserte routière de l’aéroport avec la RN 137. Outre le branchement de la voie de desserte, il permettra le raccordement de la VC 3 vers Notre-Dame-des-Landes, et le rétablissement de la RD 326, assurant ainsi une continuité nord-sud. La traversée de la RN 137 par les engins agricoles sera assurée par la construction d’un passage supérieur dédié, dans la partie sud de l’échangeur.

Desserte du bourg de Notre-Dame-des-Landes
Dans le cadre du maintien des circulations nord-sud, et conformément au bilan de la concertation, la voie communale n°3 entre Notre-Dame-des-Landes et l’échangeur de Grandchamp-des-Fontaines fera l’objet d’un élargissement pour garantir la capacité et la qualité de desserte aujourd’hui assurée par les RD 81, RD 281 et RD 42.

Les principes retenus pour le réaménagement de cette voie sont les suivants :

- élargissement de la chaussée à 6 m, du côté ouest, en préservant le talus actuel boisé côté est,
- mise en place d’un itinéraire spécifique pour les engins agricoles et utilisable pour la circulation des cycles et des piétons,
- regroupement des accès en des points aménagés (4 carrefours pour 4 km de voie).

Le réaménagement de la VC 3, pris en charge par le concessionnaire, améliorera l’accessibilité du bourg de Notre-Dame-des-Landes depuis la RN 137, sans favoriser le trafic de transit.

Le concessionnaire prendra également en charge le confortement, si nécessaire, du réseau de voies de désenclavement, afin de limiter la mixité des circulations (voitures et véhicules agricoles).

Programme d’équipements et d’infrastructures complémentaires
Le même objectif de limitation du trafic de transit sera poursuivi sur la voirie locale autour du projet.

Un programme complémentaire « équipements et infrastructures », inscrit au dossier d’enquête d’utilité publique, est effectivement prévu. Ce programme recouvre des projets d’aménagements qualitatifs et de sécurité de la voirie locale.

Cinq sections doivent ainsi faire l’objet d’aménagements qualitatifs et de sécurité afin de fluidifier et sécuriser les circulations locales :

- commune de Grandchamp-des-Fontaines : la RD 326 du rond-point de Curette jusqu’à la RN 137,
- commune de Treillières : le carrefour entre la RD 326 et la route communale dite de Notre-Dame-des-Landes,
- commune de Fay-de-Bretagne : la RD 15 entre la sortie du bourg et la jonction avec la desserte de l’aéroport,
- commune de Notre-Dame-des-Landes : la VC 1 et la VC 12 jusqu’à l’entrée du bourg de Notre-Dame-des-Landes, ainsi que les contournements est et ouest du bourg.

La réalisation des travaux prévus et leur prise en charge financière incombe au concessionnaire de la plate-forme aéroportuaire, y compris les études et la préparation des procédures à engager.

Ce dernier devra engager les études dès sa désignation, afin d’être en mesure d’assurer le rétablissement des voiries coupées par la plate-forme avant le démarrage des travaux de celle-ci. Ceci concerne tout particulièrement le réaménagement des VC 1 et VC 12, comme celui de la VC 3.

Le démarrage des études dès la désignation du concessionnaire devra permettre la réalisation de la majorité des travaux avant la mise en service de l’aéroport. Le délai de création de la voie nouvelle de contournement de Notre-Dame-des-Landes pourrait cependant être plus important, compte tenu des procédures à mettre en œuvre et des délais de concertation et de validation des différentes étapes liées à un tel projet.

Le classement des voies qui ont vocation à intégrer le patrimoine départemental après travaux nécessitera un accord préalable du Conseil Général.

alliance-gaulliste-de-l-ouest.over-blog
Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 20:22

Le Front national (FN) est un parti politique français nationaliste fondé le 5 octobre 1972 par Jean-Marie Le Pen et présidé, depuis le 16 janvier 2011, par Marine Le Pen. Son nom complet, à l'origine, était Front national pour l'unité française (FNUF).
 
Aux élections législatives de 1973, le parti obtient 1,33% des voix et lors de la présidentielle de 1974, il obtient à peine plus de la moitié : 0,75% ! Les élections qui suivent se ressemblent (0,33% aux législatives de 1978 et 0,18% à celles de 1981). En 1980, le Front national ne compte que 270 adhérents. Les résultats sont tels qu'à l'élection présidentielle de 1981, Jean-Marie Le Pen ne pourra pas se présenter (il n'aura pas les 500 signatures nécessaires).
 
 

C'est grâce à la gauche que le FN a pu exister

 
 
François Mitterrand, élu Président de la République en 1981 va rapidement connaitre de graves difficultés. En effet, l'année 1983 est marquée par le tournant de la rigueur, politique lourdement sanctionnée par les Français lors des scrutins suivants.
 
Pour ne pas perdre le pouvoir auquel il tient tant, François Mitterrand ne va pas hésiter à mettre en oeuvre une stratégie visant à faire progresser le front national :
1) Il intervient personnellement pour faciliter l'accès de Jean-Marie Le Pen aux médias français, comme l'a reconnu lui-même Bruno Gollnish.
2) Il agitera le fameux « droit de vote des étrangers » à chaque élection ce qui permettra au Front National de prospérer en s'opposant à cette mesure que Mitterrand n'a, soit dit en passant, jamais mis en oeuvre.
3) Avec sa cellule de l'Elysée, il participera à la création de SOS RACISME, dont la mission était double : diaboliser le Front National et ses électeurs tout en lui assurant une publicité gratuite en manifestant bruyamment lors de chaque meeting du FN.
4) Le dernier cadeau qu'il offrira au Front National sera la mise en place de l'élection à la proportionnelle, permettant d'obtenir 35 députés lors des élections législatives de 1986. Cela permettra au Front National d'obtenir un enracinement local.
 
 

L'intérêt pour la gauche de voir émerger le Front National est indéniable

 
 
Cette stratégie sera payante :
- Aux élections européennes de 1984, le FN totalise 10,95% des voix
- Aux élections législatives de 1986, le FN totalise 9,65% des voix et compte 35 députés, (suite à la loi instituant la proportionnelle)
- A l'élection présidentielle de 1988, le FN totalise 14,38% des voix
 
Le jeu habile qui consiste à faciliter l'accès du FN aux médias est totalement maitrisé par François Mitterrand, il s'en servira jusqu'à la fin de son deuxième mandat.
 
 

La gauche critique tout azimut, ne propose rien, mais elle a la chance de pouvoir compter sur… le Front National !

 
 
Quand la gauche est en difficulté, comme en 1997, elle peut compter sur son allié objectif. En effet, lors de ces élections, le Front national est présent dans 131 circonscriptions au second tour, provoquant ainsi de nombreuses triangulaires qui ont permis à la gauche d'emporter les élections. A l'assemblée nationale, la gauche remporte grâce au FN, 306 sièges (dont 35 pour les communistes), sur 577 ! Le Front national, lui, ne sera pas récompensé de ses efforts, puisqu'il n'obtiendra aucun siège.
 
Depuis près de 30 ans, c'est la même rengaine. La gauche vient, à chaque élection, faire des leçons de moral à la droite et aux français en général en leur expliquant ce qui est bien et ce qui est mal, pour qui il faut voter, et pour qui il ne faut surtout pas voter. Alors, aux donneurs de leçons, il convient naturellement de rappeler qui a fait quoi, et pourquoi on en est la !
 
La démocratie nous invite à ne pas occulter la vérité. Le vrai danger de la démocratie serait d'oublier la véritable histoire de l'avènement du front national.
 
 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 17:37
OF 28-03-11

 

Ouest France - 28/03/2011

Par André TRILLARD - Publié dans : La Presse en parle
Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:01
27 mars 2011

Plus de 445 000 électeurs étaient appelés aujourd’hui aux urnes en Loire-Atlantique pour renouveler 27 conseillers généraux.
Près de 58 % des électeurs ne s’étaient pas déplacés au 1er tour. Cette forte et même historique abstention s’est donc reproduite au 2ème tour. Les élections régionales de l’année dernière n’avaient déjà attiré que 47 % des électeurs.
Dans certains bureaux nantais moins d’un électeur sur trois s’est rendu aux urnes.
La première leçon de cette élection locale est bien évidemment la nécessaire réforme des collectivités en créant des élus plus identifiés et plus forts pour défendre leurs territoires. La réforme territoriale qui s’appliquera en 2014 permettra de répondre aux défauts de lisibilité et de cohérence de ces scrutins avec ce nouveau conseiller territorial.
La deuxième leçon de ces élections cantonales est la guerre fratricide entre une gauche vieillissante et des écologistes arrogants. Au 2ème tour ils se sont opposés dans sept cantons malgré l’union artificielle manifestée par mesdames Aubry et Duflot lors de leur déplacement, entre les deux tours, dans notre région en Sarthe ; elles se sont une nouvelle fois moquées des électeurs ! Ces combats traduisent surtout l’incapacité de ces deux formations politiques à travailler ensemble pour notre avenir sur des sujets aussi fondamentaux que l’aéroport du grand ouest ou notre politique énergétique. La vieille union de la gauche vole en éclats et laisse la place aux Verts idéalistes qui se sont peu déplacés au 2ème tour pour soutenir le PS.
La troisième leçon est que l’union de la droite a été une nouvelle fois indispensable. La cohérence de nos actions amène au maintien et même au gain de quelques cantons sur la gauche. Aucun candidat de l’extrême droite ne s’est qualifié pour le second tour. La majorité présidentielle gagne dans le département du président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale au moins trois cantons. Pour la première fois depuis plusieurs décennies nos idées progressent en Loire-Atlantique dans le cadre du scrutin cantonal. Cette perspective dessine de nombreux espoirs pour les années à venir.

Source : Franck Louvrier

 alliance-gaulliste-de-l-ouest.over-blog.com
Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 15:04

«Le PS doit clarifier sa position sur l'extrême gauche»

 

«Le seul vainqueur du premier tour des cantonales, c'est l'abstention», estime la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.

«Le seul vainqueur du premier tour des cantonales, c'est l'abstention», estime la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

INTERVIEW - Pour la ministre Valérie Pécresse, «le seul vainqueur du premier tour des cantonales, c'est l'abstention».

LE FIGARO. - Quels enseignements tirez-vous du premier tour des cantonales ?

Valérie PÉCRESSE. - Le vainqueur, ce n'est ni le PS qui a fait un million de voix de moins qu'en 2004, ni le FN qui ne progresse pas en termes de voix. Le seul vainqueur, c'est l'abstention. Nous devons répondre au silence assourdissant des urnes et nous adresser en priorité aux abstentionnistes.

 

Que recommandez-vous aux électeurs UMP des deux cantons des Yvelines où il y a un duel PS-FN dimanche ?

Jean-François Copé a exprimé très fermement la position de l'UMP : aucune voix ne doit aller au Front national. Mon point de vue sur le sujet est connu. Je ne vais pas revenir dessus.

 

Comment mobiliser les abstentionnistes ?

En leur disant, d'une part, que le gouvernement a entendu leur message et qu'il va travailler davantage encore pour résoudre les difficultés qui les frappent, en particulier le chômage et l'insécurité. Et, d'autre part, en leur rappelant que l'action d'un département influe leur vie quotidienne. La réforme territoriale va remédier à la perte de visibilité de cette collectivité.

 

Le PS souhaite pourtant remettre en cause cette réforme.

Le PS a annoncé que le rétablissement de l'élection des conseils régionaux à la proportionnelle sera dans son programme. Il est donc prêt à faire élire plusieurs centaines de conseillers régionaux FN. La proportionnelle est toujours l'arme diabolique de la gauche pour conserver son pouvoir. Elle n'a aucune leçon de morale politique à nous donner. D'ailleurs, nous attendons toujours l'appel des Verts à voter pour l'UMP face au FN dimanche. Il y a d'autres ambiguïtés à gauche.

 

Quelles sont-elles ?

Le PS n'a toujours pas clarifié sa position vis-à-vis de l'extrême gauche. Ayant fait la réforme des universités, je peux vous dire à quel point l'extrême gauche est antidémocratique et violente. J'ai vécu les blocages des universités et les séquestrations de leur président. Le PS n'a jamais condamné ces violences. Ses ambiguïtés et ses silences sont totalement cyniques et immoraux.

 

François Fillon ou Alain Juppé peuvent-ils être un recours en 2012, comme le laissent à penser de récents sondages ?

En dépit des crises, Nicolas Sarkozy a su garder le cap des réformes. Cela fait de lui le candidat naturel de notre camp. Avoir une vision pour la France dans un monde qui change, c'est ce qui fera la différence en 2012. Compte tenu du rôle décisif de la France en Libye, nos concitoyens ont la preuve que le président est dans l'action pour faire prévaloir les valeurs démocratiques qui nous sont chères.

 

La polémique autour des propos de Claude Guéant sur la croisade n'éclipse-t-elle pas le rôle de la France ?

Il incarne personnellement l'autorité et la fermeté, et il dérange la gauche parce que son action est un gage de protection pour les Français.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 14:32

Quelques jours avant le lancement du débat sur la laïcité par l'UMP, le ministre de l'Intérieur s'attaque à un épineux sujet.

Guéant : les usagers des services publics "ne doivent pas porter de signes religieux"

Une femme voilée à l'hôpital Édouard Herriot de Lyon. © Laurent Gillieron / AFP

À ne pas manquer
  • Source AFP

Les usagers des services publics "ne doivent pas porter de signes religieux", ni "manifester une quelconque préférence religieuse", a déclaré, jeudi matin, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant sur i>Télé et Radio Classique. Le ministre était interrogé par i>Télé et Radio Classique sur le débat sur la laïcité et l'islam organisé par l'UMP le 5 avril.

 

"Les agents des services publics évidemment ne doivent pas porter de signes religieux, manifester une quelconque préférence religieuse, mais les usagers du service public ne doivent pas non plus", a-t-il souligné. "Par exemple, on sait qu'à l'hôpital il y a un certain nombre de personnes qui refusent, pour des femmes, des soins prodigués par des hommes. Eh bien, ce n'est pas admissible", a estimé le ministre. "Il ne faut pas une loi, il n'est pas question de faire des lois, il suffit de décrets parfois ou d'instructions", a-t-il dit.

 

"Ce que j'attends de ce débat (...), c'est que les préoccupations de nos compatriotes non musulmans, qui sont froissés, troublés par un certain nombre d'irruptions de la religion sur l'espace public, sur l'espace social, soient satisfaites, mais qu'en même temps nos compatriotes musulmans trouvent les moyens de vivre leur foi de façon plus paisible", a dit M. Guéant. "Nous savons bien que nos compatriotes sont très choqués par l'organisation de prières dans la rue, et ce n'est pas non plus une situation qui soit facile à vivre pour les musulmans", a-t-il jugé. "La question se pose aussi de la réaffirmation" et de "l'inscription dans des textes de règles concernant le positionnement religieux dans les services publics", a ajouté M. Guéant.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 12:10

 

Eric Besson a reçu, le 15 mars, l'étude "Technologies Clés 2015". Fort du concours de 250 experts, ce travail de prospective cerne les enjeux de 85 technologies aujourd'hui prépondérantes sur les plans technique, économique et sociétal.

Plus de 250 experts, industriels et chercheurs ont apporté leur concours à un travail de prospective technologique mené par la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services, entre janvier et octobre 2010. Cette collaboration, la quatrième du genre, répond au projet du ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, d'identifier, tous les cinq ans, "les principales technologies stratégiques pour l'industrie française à l'horizon de cinq à dix ans […] en les reliant aux grands enjeux économiques et sociétaux et au potentiel des marchés concernés". Le fruit de cette collaboration, le rapport "Technologies clés 2015", a été remis à Eric Besson le 15 mars, à Bercy.

Environnement, TIC, chimie, matériaux : les points forts de la France

Les 85 technologies innovantes mises en avant dans le rapport témoignent du dynamisme de 7 secteurs d'avenir : la chimie, les technologies de l'information et de la communication, l'environnement, l'énergie, les transports, le bâtiment, ainsi qu'un champ large comprenant la santé, l'agriculture et l'agroalimentaire.

Dans son discours de présentation, Eric Besson a souligné que "75 % des technologies clés repérées il y a cinq ans sont présentes dans [la] nouvelle édition", un chiffre qui est gage, selon le ministre, de la pertinence des analyses menées. Il a également mis en avant les conclusions de l'étude en termes de positionnement technologique de la France :

  • d'un point de vue quantitatif, la France fait preuve d'un très bon positionnement, à l'échelle mondiale, pour deux tiers des technologies clés traitées par l'étude (dans le travail des nanomatériaux et les nouvelles technologies de turbomachines, par exemple) ;

  • d'un point de vue sectoriel, la France se distingue dans trois domaines en particulier : le secteur de l'environnement, le secteur des TIC, le secteur de la chimie, des matériaux et procédés.

"Technologies 2015", un outil d'orientation mais aussi un vecteur d'information

Lors de son intervention, Eric Besson a invité les décideurs publics à utiliser le rapport "Technologies 2015" comme une "grille de lecture". Il a particulièrement souligné l'utilité du rapport pour les réflexions sur les investissements d'avenir, qui "ont un rôle essentiel dans le développement des technologies clés".

Dans une autre perspective, Eric Besson a insisté sur la valeur informative du rapport. Le document fonctionne selon un principe de fiches thématiques, pour faire connaître au grand public les enjeux technologiques de demain. Le ministre a particulièrement rappelé l'intérêt majeur que présente une telle étude, mettant en lumière la révolution des technologies de demain, pour réconcilier les jeunes avec les filières scientifiques, qui attirent de moins en moins de lycéens et étudiants. Il a également identifié le potentiel d'exploitation du rapport par les PME, qui doivent y trouver les arguments en faveur de la modernisation de l'industrie.

Afin de donner au rapport la plus large utilité possible, il sera relayé et diffusé au cours des 650 manifestations qui auront lieu dans le cadre de la première Semaine de l'industrie, organisée du 4 au 10 avril prochain.

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 08:26

VIDÉO - Devant les députés, le premier ministre a contre-attaqué en affirmant que le PS avait en son temps fait «la courte échelle» au Front national.

«Aucune leçon à recevoir du PS.» Interrogé à l'Assemblée sur les atermoiements de la majorité quant à la stratégie à adopter face au FN à l'occasion du second tour des cantonales, le premier ministre François Fillon a décidé de contre-attaquer avec fermeté. Regardez son intervention :

 

[Images : LCP]

LIRE AUSSI :

» FN : Nicolas Sarkozy rappelle à l'ordre les ministres

» Juppé soutient les candidats républicains «acceptables»

» Fillon nie tout désaccord avec Sarkozy

» VIDEO - Les députés UMP refusent d'être «la béquille du PS»

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 19:51
 
 |   

Le budget 2011-2012 présenté ce mercredi confirme l'austérité et le ralentissement de la croissance, mais baisse l'impôt sur les sociétés de deux points, à 26%. EDF est aussi un gagnant de ce budget.

 

George Osborne et son équipe avant de présenter le budget
George Osborne et son équipe avant de présenter le budget George Osborne et son équipe avant de présenter le budget

Malgré le long programme d’austérité de quatre années dans lequel s’engage le Royaume-Uni, le budget 2011-2012 présenté ce mercredi veut se concentrer sur la croissance. D’un côté, le gouvernement coupe les dépenses et revoit à la baisse sa prévision de croissance pour 2011, de 2,1% à 1,7%. De l’autre, il baisse l’impôt sur les sociétés.

Dès le mois prochain, le taux d'impôt sur les sociétés passera de 28% à 26%, avant de baisser de 1% par an jusqu’à atteindre 23%. "(Notre taux) sera de 16% inférieur à celui des Etats-Unis, de 11% inférieur à la France, de 7% inférieur à l’Allemagne, et le plus bas du G7", se vante George Osborne. Ce n’est cependant qu’une demi-surprise - les conservateurs avaient promis de baisser à 24% le taux d’ici 2015 - mais le calendrier n’était pas connu et le taux final sera finalement plus bas que la promesse initiale.

 

"De la stabilisation à la réforme à la croissance". C’est ainsi que George Osborne (photo), chancelier de l’Echiquier, présente le cheminement de l’économie britannique (lire ici son discours à la chambre des communes). Selon lui, la stabilisation a été effectuée l’an dernier, avec l’annonce du plan de rigueur. Il souligne en particulier que le taux d’intérêt auquel emprunte le Royaume-Uni sur le marché obligataire est actuellement de 3,6%, alors même que le déficit demeure de 10% du PIB. "Nous avons un déficit plus élevé que la Grèce, l’Espagne et le Portugal, mais nous avons virtuellement le même taux d’intérêt que l’Allemagne."

 

La deuxième étape, la réforme, est ce à quoi George Osborne affirme s’atteler dans ce budget. Outre la baisse de l’impôt sur les sociétés, le budget a annoncé une augmentation des baisses fiscales pour les entrepreneurs. De plus, 21 "zones d’entreprises" vont être créées, à commencer par une dizaine dans les villes du nord de l’Angleterre, le plus pauvres du pays. Ces zones franches relaxent le processus d’autorisation de permis de construire, particulièrement lourd au Royaume-Uni. En échange, les municipalités ont elles sont installées pourront conserver l'intégralité de l'impôt sur les sociétés, plutôt que d'en reverser une partie à l'Etat.

 

Des aides sont aussi annoncées du côté de l’environnement. En particulier, le budget est une victoire pour EDF, avec l’annonce d’un prix plancher du CO2. En garantissant un prix minimum de 30 livres d’ici 2020 (le prix de la tonne de CO2 est actuellement de 12 livres), le gouvernement va rendre comparativement plus cher la construction de centrales conventionnelles (par exemple à gaz). Cela revient à soutenir ainsi l’énergie renouvelable, mais aussi nucléaire. Or, EDF envisage de construire quatre centrales EPR au Royaume-Uni. Alors que la centrale nucléaire de Fukushima n’est pas encore stabilisée, cette annonce - qui était certes en préparation - est significative.

 

Il y a enfin des aides pour réduire le prix du pétrole à la pompe. Les hausses prévues des taxes sur le pétrole sont supprimées, ce qui réduit de 5 pence le prix. Pour financer cela, les taxes sur les compagnies pétrolières en mer du Nord sont augmentées de 2,2 milliards d’euros.

 

Reste que ces annonces ne mettent pas fin à l’austérité. L’objectif est de réduire le déficit de 10% à 7,5% du PIB dès cette année. "A chaque fois que le chancelier s’exprime à la chambre des communes, la croissance est révisée à la baisse, attaque Ed Miliband, leader de l’opposition travailliste. Les conservateurs échouent en ce qui concerne la croissance." Selon lui, toutes ces mesures de relance ne pèsent pas lourd par rapport aux coupes budgétaires qui entrent en vigueur le mois prochain, avec le début de l’année fiscale. En ajoutant à cela l'impact de la hausse du pétrole, le tremblement de terre japonais, et l'inflation (actuellement de 4,4%), cela annonce une année 2011-2012 difficile pour le Royaume-Uni.

 

Source : La Tribune
Eric Albert, à Londres - 23/03/2011
Partager cet article
Repost0