Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 16:34

Tribune publiée dans le journal Le Monde daté du 28 mars 2013.

 

 

La France vit des heures difficiles. La crise économique tend les cœurs et les esprits,  et nous voyons ressurgir des tensions qui mutilent notre pacte républicain. Notre volonté de vivre ensemble résistera-t-elle au mauvais vent qui souffle sur l’Europe et qui alimente les populismes et les replis identitaires ? Pour lui faire barrage, le respect de la laïcité est l’une de nos principales forces.

 

C’est elle - la laïcité - qui nous permet d’unir dans la paix et le respect réciproque croyants et non croyants. C’est elle qui permet à la religion musulmane, après la religion catholique, de s’installer dans la République, et non contre elle.

 

Ma considération à l’égard de la foi ne me fait pas oublier les frontières qui s’attachent aux principes de laïcité. Elle ne me fait pas oublier non plus que certain tentent de défier nos lois et nos mœurs, au nom de leurs croyances ou de leurs coutumes. En 2003, je fus l’un des premiers à militer au sein de la commission Stasi pour l’adoption de la loi interdisant les signes religieux dans l’Ecole publique, et en tant que Premier Ministre, j’ai fait adopter, avec la majorité, la loi prohibant le port du voile intégral. Je me souviens des débats de l’époque et des caricatures qui accompagnaient ceux qui affirmaient que la laïcité était notre protection commune.

 

Ce débat n’est pas clos.

 

Selon nos lois, le principe de laïcité s’applique principalement aux institutions publiques, auxquelles il impose, comme à ses agents, une stricte neutralité religieuse. Mais depuis quelques années, on assiste à la montée en puissance de revendications relatives à l’expression religieuses dans les entreprises. Chacun le sait, mais chacun se tait. Aujourd’hui, en l’état actuel de la législation, l’employeur ne peut prévoir, dans son règlement intérieur, des clauses garantissant le principe de neutralité. Au nom de la liberté religieuse, doit-on rester muet et impuissant devant des attitudes ou des faits qui peuvent créer un fossé entre nos concitoyens ? Je crois que le débat doit être lucidement ouvert et que le législateur doit être prêt à prendre ses responsabilités.   

 

La décision récente de la Cour de cassation concernant  la crèche Baby Loup ne peut pas rester sans réponse. L’indifférence scellerait notre impuissance. Chacun se souvient que cette crèche avait jugée nécessaire de licencier l’une de ses employées qui manifestait de façon ostensible son appartenance religieuse par le port d’un voile. Ce licenciement, pourtant accepté par le conseil de prud’hommes de Mantes-la-Jolie et la cour d’appel de Versailles, a été invalidé par la Cour de cassation. Une institution éducative comme Baby Loup, qui est certes privée mais qui a pourtant une mission d’intérêt général, ne peut donc pas en appeler à la neutralité de ses membres !

 
A droite comme à gauche, des voix s’élèvent pour combler ce vide législatif et juridique qui ne peut qu’affaiblir l’esprit de tolérance et de modération qui est au cœur de la laïcité et du vivre ensemble. Le Président de la République ferait bien de l’entendre car nous sommes dans une période où l’unité de la nation s’effrite. Les Français ont besoins de repères communs. Il y a urgence.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:45
Divers | Ajouté le 27.03.2013 à 10H23
France 3 Picardie
Jean-François Mancel a été élu avec 51,41 % des voix, mais le Front national en recueille 48,59. Il s’agit là d’un coup de semonce extrêmement important qui doit être analysé.

Tout d’abord, il s’agit d’élections partielles qui n’ont pas motivé les électeurs. Seuls 35,3 % d’entre eux sont allés voter. C’est dire s’il est difficile d’en tirer des conclusions générales pour toute la France.

Mais deux autres points sont à noter. En premier lieu, l’attitude extrêmement ambiguë du PS. Je ne demande pas au PS d’avoir une vertu républicaine comme ils l’ont eu en 2002. De l’eau a coulé sous les ponts et le PS a beaucoup changé dans son éthique ! Mais de là à faire voter pour le Front national, comme l’a vraisemblablement fait en douce la candidate battue dès le premier tour, il y a un pas à ne pas franchir.

Il faut voir aussi dans ce score le fait que l’UMP va mal. Les combats qui existent entre les responsables ont démotivé profondément les Français de droite. Cette armée mexicaine qui existe, rue de Vaugirard, et qui fait semblant de s’entendre, n’est pas une bonne solution. Jean-François Copé s’accroche à son siège, même si, dans les sondages, il ne pèse que 5 % d’opinions favorables. François Fillon n’est pas là. Certes, il va voir le Président Poutine en Russie, mais, que je sache, les Russes ne votent pas encore en France. Cette désorganisation de l’UMP a dû peser très lourdement sur ces élections.

Un signal d’alarme a retenti dans l’Oise. Le Front national a fait un gros score mettant en péril même l’élection de l’UMP. La France ne va pas aller mieux. L’Europe, dans ses hésitations et surtout dans ses décisions souvent brutales, sécrète des anticorps un peu partout. Le Front national va s’en servir. En France, l’économie, mais aussi la sécurité, vont mal. Le FN va s’en servir. Les affaires qui touchent les hommes politiques entrainent un rejet et là aussi, le FN va s’en sortir.

Il faudrait que nous ayons le courage d’abord de remettre de l’ordre à l’UMP et que rapidement, il y ait des élections pour qu’il y ait une vraie direction, compacte, décidée, efficace, qu’une ligne claire soit décidée avec un programme qui pourra se conjuguer région par région. Bref, il faudrait faire de la politique comme on en faisait auparavant et non plus uniquement subir les querelles de personnes. L’Oise n’a pas été perdue, mais il s’en est fallu d’un cheveu. Ne recommençons pas avec ces bêtises.


Pr. Bernard DEBRE

Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:43
Economie et social | Ajouté le 26.03.2013 à 19H52
Philippe Wojazer/AFP
Les Français payent des impôts, du moins une partie d’entre eux. Il s’agit donc d’impôts proportionnels aux gains réalisés. Plus on gagne d’argent, plus les impôts sont élevés. Ils sont d’ailleurs très élevés, plus élevés qu’ailleurs.

Une fois que les Français ont réglé leurs impôts, ils doivent tous être égaux les uns vis-à-vis des autres. Or, les socialistes ont une attitude très particulière puisqu’ils vont maintenant faire payer les prestations publiques en fonction des gains, comme si les Français n’étaient plus égaux devant ces prestations. Une loi est passée pour que l’électricité, le gaz soient d’autant plus chers que les Français gagnent plus d’argent. C’est une entorse grave à cette égalité.

Voici maintenant que pour les logements, la TVA va être proportionnelle aux gains. Pour les logements sociaux, la TVA restera à 5,5 %. Pour les logements intermédiaires, elle sera plus chère et pour les autres logements, elle atteindra vraisemblablement 19,6 %.

Une nouvelle fois, les Français ne se trouvent plus égaux devant les impôts et les taxes. C’est une entorse grave à la démocratie et, une nouvelle fois, à quand la baguette en fonction des revenus ? Nous allons vers une république inégalitaire. Ces deux mots riment-ils d’ailleurs ?


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:35
Divers | Ajouté le 27.03.2013 à 13H02
TF1
Notre pays va mal, les Français ont peur et ne se sentent pas gouvernés

Vous êtes absent, insensible aux cris de la foule, enfermé dans votre palais de l’Elysée

Déjà, dans votre entourage, l’humeur est à la colère froide et affichée

Pascal Cherki, sur les ondes récemment, vous a étrillé

« Lorsqu’on est Président de la France, on n’est pas Conseiller général », a-t-il affirmé

En poursuivant, il dit : « on prend la mesure de la situation et on change de braquet »

Mais, avant que vous ne soyez président, d’autres socialistes vous avaient moqué

Qui a dit : « quand je suis arrivé à la tête du parti, le PS était un cadavre à la renverse » et qu’il faisait pitié ?

Vous avez reconnu Martine Aubry, ancienne Première secrétaire, et pourtant votre âme damnée

Elle continue en affirmant avec force : « François n’a jamais travaillé »

Je n’aurais pas l’indélicatesse de reprendre ce que Laurent Fabius avait affirmé

Tant pis, même si ces phrases vous font mal, de les écrire je suis tenté

« Franchement, vous imaginez François Hollande président de la République ? On rêve ! » A-t-il martelé

Même ceux qui sont aujourd’hui vos plus proches compagnons et vos fidèles amis vous ont raillés

Guillaume Bachelay, celui qui fait aujourd’hui partie du PS en tant que député

N’y allait pas de main morte : « Guimauve le conquérant ». C’était de sa part une flèche empoisonnée

Vos amis donc ont tout dit. L’Opposition, elle, n’a rien à rajouter

Aujourd’hui, dix mois après votre élection surprise, loin de moi l’idée de dire qu’elle ait été volée,

Les Français sont furieux et ne vous veulent plus. Vous les avez, depuis le début, trompés

La rue, en masse, défile, en criant que vous devez de politique changer

De taxes nouvelles et d’impôts vous vous êtes enivrés

Privant celles et ceux qui sont chefs d’entreprise de pouvoir innover

Le chômage, que vous deviez combattre, ne cesse d’augmenter

Dans les métros, de Paris à Marseille, en Corse, règne l’insécurité

Vous faites la guerre au Mali et vous avez raison, mais d’argent vous privez l’armée

Cette politique de gribouille est insupportable, incohérente, exaspérante et le peuple vous bernez

En effet, ces dix mois n’ont été que hargne et haine à l’encontre de Nicolas Sarkozy. C’est votre seule idée

Laissant la France agoniser, vous allez passer demain à la télé

Pour ne rien dire, et comme le disait Manuel Valls, « quelqu’un qui me dit qu’il est normal, je commence à me méfier »

Monsieur le Président de la République, comme beaucoup de Français le disent, vous êtes mal-aimé

Cette lettre un peu longue est vraisemblablement mal tournée

Car, comme tous mes compatriotes, je suis critique et même exaspéré


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 19:04
Divers | Ajouté le 25.03.2013 à 17H58
Reuters
Je ne suis pas de ceux qui prétendent qu’il existe un complot national des juges contre la droite, mais il y a toutefois quelques concomitances de faits qui peuvent être troublantes.

Jérôme Cahuzac a été forcé de démissionner (bien qu’il ne soit pas mis en examen). Cette démission était dans l’air depuis un mois ou deux.

Madame Andrieux, député des Bouches-du-Rhône, a été jugée (sans que la sentence ne soit encore connue) pour des faits graves. Elle risque une inéligibilité et une amende. A Paris, Madame Flam est vraisemblablement sous le coup d’une accusation grave de détournement de fonds.

Alors, les juges ont décidé de perquisitionner l’appartement de Madame Lagarde et peut-être de « se faire » l’ancien président de la République en le mettant en examen. On a l’impression (loin de moi l’idée de dire que c’est la vérité) que chaque fois qu’un homme de gauche tombe sous le coup de la loi, immédiatement, certains juges d’instruction cherchent à mettre en cause un homme de droite.

La justice en France serait-elle malade ? Certainement pas, mais voici quelques faits troublants.

Madame la juge Bertella-Geffroy a été démise de ses fonctions alors qu’elle venait de placer Martine Aubry en examen pour le problème de l’amiante. Certes, Madame Bertella-Geffroy avait été sur le même dossier pendant 10 ans, mais elle avait demandé à y rester pour clore l’affaire.

Je me souviens de l’histoire qui est arrivée à Michel Roussin en 1994. Il a été mis en examen, forcé de démissionner à la demande d’Edouard Balladur, je l’ai remplacé. Le jour même de la passation de pouvoir, le juge Halphen a décidé de perquisitionner le ministère. Il décide de venir à 17 heures. J’ai été un peu surpris que l’on veuille perquisitionner un ministère ! A 16h45, la presse arrive dans la rue. Vous imaginez bien que ce n’est pas moi qui l’ait convoquée, mais bien le juge Halphen. Ce juge entre dans mon bureau, demande à visiter les appartements du ministère. Malheureusement pour lui, il n’y a pas d’appartements !

Il est allé néanmoins « fouiller » une sous-pente, une pièce de débarras. Il n’y a rien cherché car il n’y avait rien à trouver. Il est resté néanmoins suffisamment longtemps pour que ce soit crédible, puis il est sorti du ministère brandissant devant les journalistes une mallette vide faisant croire qu’elle était bourrée d’informations. Cette attitude était honteuse et je le lui ai dit. Quelques mois plus tard, Michel Roussin a bénéficié d’un non-lieu et le juge Halphen s’est présenté sous l’étiquette socialiste aux élections législatives qui ont suivi. Heureusement, il a été battu (pour aller plus loin sur ce sujet, lire la lettre ouverte que j'ai écrite à Eric Halphen, en mars 2002, et publiée dans Le Figaro)

N’oublions pas l’histoire de Madame la juge Prévost-Desprez qui, elle aussi mise en examen, a écrit un livre sur l’instruction qu’elle avait menée à l’occasion de l’affaire Bettencourt. Drôle et curieuse façon d’agir pour un juge ! Dans son livre, elle prétend qu’un témoin lui a dit qu’elle avait entendu dire que Nicolas Sarkozy avait reçu de l’argent. Cette affirmation a fait l’effet d’une bombe, mais très vite, après la parution de ce livre, ce témoin a été interrogé par la presse et a nié absolument avoir tenu ces propos à Madame la juge Prévost-Desprez !

Je ne suis pas là pour mener l’instruction à l’occasion de la mise en examen de Nicolas Sarkozy, mais je suis assez surpris pour ne pas dire révolté par l’action de certains juges en particulier dans cette affaire.

Imagine-t-on d’ailleurs Nicolas Sarkozy allant chercher de l’argent chez Madame Bettencourt en catimini, le mettant dans une valise qu’il va cacher sous le manteau alors qu’il était ministre de l’Intérieur. C’était à l’époque peut-être l’homme le plus surveillé de France ! D’ailleurs il n’est pas mis en examen pour le financement de sa campagne, mais pour abus de faiblesse. Il s’agit donc pour le juge d’affirmer que lorsque Nicolas Sarkozy est venu voir Monsieur Bettencourt en 2007, il a rencontré Madame Bettencourt pour lui demander de l’argent. Cette affirmation ne tient absolument pas. En effet, l’abus de faiblesse a été déclaré, décrété et reconnu en 2011 et je ne vois pas comment il est possible de faire la médecine rétroactive, d’autant que le Professeur Agid, reconnue dans le monde entier comme l’un des meilleurs neurologues, avait examiné quelques mois auparavant Madame Bettencourt et avait affirmé qu’elle était saine d’esprit.

Cette accusation ne tient pas pour deux raisons. La première, Nicolas Sarkozy, comme le montrent ses carnets de rendez-vous, n’a été reçu qu’une seule fois dans la maison des Bettencourt pour voir André Bettencourt. Il n’avait pas de rendez-vous avec Madame Bettencourt. Il s’agit donc rencontre classique et normale entre un homme certes fatigué, mais qui n’a jamais été déclaré en état de faiblesse. Deuxième raison, aurait-il croisé Madame Bettencourt en 2007, celle-ci d’après le juge Gentil était en état de faiblesse, qui, si je ne me trompe n’est pas neurologue et le Professeur Agid, lui neurologue, avait dit le contraire.

L’autre question est de savoir si Nicolas Sarkozy est d’avoir eu un ou deux rendez-vous. La grosse affaire ! Il n’a eu vraisemblablement qu’un seul rendez-vous inscrit sur le carnet journalier tenu par André Bettencourt et sur celui-ci tenu par Nicolas Sarkozy. Aucun autre rendez-vous n’est inscrit nulle part. Il est tout de même assez curieux que le juge puisse affirmer le contraire.

Revenant toujours sur l’abus de faiblesse, j’aimerais souligner que Madame Bettencourt, avant qu’elle ne soit déclarée en état de faiblesse, a bien donné à sa fille tous ses avoirs, a payé les avocats sans que personne n’y voit quelque chose à redire. Elle était donc en 2010-2011 considéré comme saine d’esprit !

Je suis donc perplexe devant ce motif de mise en examen, perplexe et troublé car le juge Gentil, un très bon juge vraisemblablement a signé une pétition critiquant violemment la politique de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était président de la République. Il faut dire que cinq jours après cette pétition publiée dans Le Monde, il a ordonné une première perquisition chez l’ancien président. Concomitance vraisemblablement fortuite.

Voici donc notre République secouée par des soupçons. Les juges sont indépendants. Il y a certainement aucune relation entre la politique et les mises en examen. Toutes ces affaires sont normales ! Puisque personne n’a le droit dans notre République de critiquer un juge. Il est tout de même curieux d’ailleurs que les juges puissent critiquer les politiques comme l’a fait le juge Gentil dans les journaux, mais que nous n’ayons pas le droit de répondre ! Où est passé le livre de Stéphane Hessel, Indignez-vous ? Dans cette affaire, il y a de quoi s’indigner très largement.

Les socialistes sont dans une situation dramatique et bien entendu, comme ils sont au pouvoir, ils entrainent la France dans le gouffre le plus profond. Ils deviennent arrogants, haineux et vont tout utiliser pour discréditer l’Opposition. Cette histoire de mise en examen est angoissante, irritante, révoltante. Bien entendu, je ne critique pas là la magistrature car le Syndicat de la magistrature, classé à gauche, ne l’accepterait évidemment pas !


Pr. Bernard DEBRE

Ancien Ministre de la Coopération
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 19:02
Economie et social | Ajouté le 26.03.2013 à 10H18
Philippe Wojazer/AFP
A peine arrivé au pouvoir, François Hollande a augmenté la TVA sur la construction de 7 à 10 %, pour financer le pacte de compétitivité, disait-il.

Voici maintenant, devant la stupidité de ses décisions, que la TVA sur les logements va descendre à 5 %. Bonne chose, il faut relancer les mises en chantier car, encore une fois, François Hollande avait promis lors de son élection qu’il y aurait 500 000 logements construits par an. Il n’y en aura que 340 000, peut-être moins. Le changement a été fait vers la réduction des logements, ce qui n’est pas, à mon avis, une bonne chose.

Il va y avoir une subvention de 1350 euros pour les travaux de rénovation énergétique, effectués par les classes moyennes, bien entendu. Quelles sont les classes moyennes ? On attend les informations précises de François Hollande, mais ça ne sera sans doute que sur les logements sociaux. Donc les classes moyennes sans logements sociaux n’auront pas le droit aux subventions.

Toute cette politique est absurde, incohérente et lorsque François Hollande nous affirme qu’il sait où il va, il doit bien être le seul à le croire ! Oui, c’est vrai - et Jean-Louis Borloo l’a dit avec force lors des explications sur la motion de censure -, le bâtiment en France est sinistré. Il n’y a plus de mise en chantier. Il n’y a plus de gros travaux dans les appartements, dans les immeubles.

Bref, la France de la construction s’est arrêtée et tout ceci pour deux raisons. D’abord, les Français n’ont plus d’argent, taxes et impôts sont venus le leur prendre. Ensuite, les Français n’ont plus confiance.

Voilà le résultat au bout de 10 mois d’un gouvernement socialiste, erratique, stupide. J’espère que les Français vont comprendre la leçon. Ce serait le début de la reconquête. Il faut cependant que l’Opposition, l’UMP en particulier, mais aussi l’UDI, travaillent sur des propositions qui ne soient pas démagogiques, mais réelles, applicables immédiatement et efficaces. Il y en a des quantités si on se débarrasse de sa carapace idéologique.


Pr. Bernard DEBRE

Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:57
26 mars 2013 par dans Actualités

On titre dans les journaux aujourd’hui que François Hollande pourrait abandonner la PMA, autrement dit la procréation médicalement assistée, qui serait accordée aux couples de lesbiennes mariées.

Il y aura là une difficulté constitutionnelle, je l’imagine, puisque les couples homosexuels, d’après la loi qui sera peut-être votée, si elle n’est pas modifiée ou abandonnée, sont des couples « comme les autres », avec les même droits. Le mariage des homosexuels est un mariage comme celui des hétérosexuels. Il ouvre donc le droit à la PMA.

Annoncer urbi et orbi que peut-être, éventuellement, il abandonnerait la PMA, qui devrait passer à la fin de l’année ou peut-être avant les vacances, à l’Assemblée nationale, est un mensonge pur et simple car il y aura des recours devant le Conseil d’Etat, le Conseil constitutionnel, et, par définition, les couples homosexuels gagneront. S’ils ne gagnaient pas, on pourrait alors se poser la question de savoir pourquoi ont-ils le droit d’adopter.

L’adoption et la PMA sont intimement liées. C’est l’enfant qui est l’enjeu de ces deux droits. François Hollande se trouve comme d’habitude dans une impasse. Il voit que la France est de moins en moins d’accord avec l’adoption et la PMA pour les couples homosexuels, même s’ils sont plutôt d’accord pour le mariage en soi. Mais François Hollande a pris des engagements fermes vis-à-vis de sa Majorité, engagements qui sont difficiles à tenir. Il s’est mis dans cette situation inconfortable.

La seule chose qu’il pourrait faire s’il était un grand président, mais là je me mets à rêver, serait de dire, comme François Mitterrand, « je remballe la loi. J’ouvre de nouvelles discussions pour vérifier s’il n’est pas meilleur pour la France d’établir une union civile avec des règles particulières qui excluent l’adoption et la PMA. »

Il n’aura évidemment pas le courage de le faire car, il l’a démontré, il n’en a aucun. C’est d’ailleurs ce que dénonçaient ses amis lors de la primaire. Finalement, ils n’avaient pas tort.

 

Crédit photo : P. Wojazer/AFP

Bernard Debré

Professeur de médecine, Chirurgien des hôpitaux Ancien Ministre de la Coopération Député de Paris Conseiller de Paris

Partager cet article
Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 10:31
UMP 44
RAPPEL : J. F. COPE LE 3 AVRIL A LA BAULE

André TRILLARD, Sénateur de Loire Atlantique, Conseiller Général – Maire de Saint Gildas des Bois

Christophe PRIOU, Député de Loire Atlantique, Maire de Guérande

François PINTE, Président de la Fédération Départementale de Loire Atlantique, Président du Groupe UMP au Conseil Régional des Pays de la Loire

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim, Conseiller Général du Canton de La Baule

Yves METAIREAU, Maire de la Baule, Président de CAP ATLANTIQUE

Et les membres du Comité Départemental

ont le plaisir de vous convier à une réunion avec :

Jean-François COPÉ

Président de l’UMP

Député Maire de Meaux

Le mercredi 3 avril 2013 à 19 heures Salle des Floralies à La Baule - Place des Salines

Pour participer à cet évènement, confirmer impérativement votre présence :

Par mail : ileroux@u-m-p-44.org

Par téléphone : 02-40-20-44-07

UMP 44
Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 15:18
AFP
Voici maintenant la nouvelle annonce de Monsieur Bapt. Je le croyais jusqu’ici assez raisonnable. Les allocations familiales seront donc divisées par deux pour les couples gagnant 53 000 euros par an, c’est-à-dire 2200 euros par personne, autrement dit toutes les classes moyennes, tous ceux qui font des efforts pour essayer de survivre.

Les allocations familiales seront donc réservées à ceux qui sont au chômage, ce qui est normal, et ceux qui ne travaillent pas, aux étrangers qui vivent en France et qui ne vivront que des allocations familiales. C’est une façon de faire qui n’est pas admissible. Cela ouvre la voie au Front national, mais aussi à l’iniquité.

Jusqu’ici, la politique familiale était à destination de l’enfant. Cette politique est maintenant morte. D’autant plus que les autres solutions associées à ce plafonnement seront pires encore. Les socialistes auront vraiment tout démoli.


Pr. Bernard DEBRE

Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 15:14
SIPA
Lors de sa campagne, François Hollande avait trouvé intelligent de taxer à 75 % les personnes qui gagnaient plus d’un million d’euros par an. Cette idée saugrenue n’avait aucun intérêt économique car, tout au plus, elle pouvait rapporter 200 millions d’euros pour un déficit abyssal : une goutte d’eau.

Par contre, l’effet désastreux sur les jeunes, ce qui est surprenant, a fait que beaucoup d’entre eux se sont dit qu’il n’était plus possible d’entreprendre en France. Il y a eu une quantité invraisemblable de jeunes qui sont partie au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au bout du monde. C’était donc une idée stupide pour un résultat minable.

Le Conseil constitutionnel a retoqué cette idée à juste titre et voici que le Conseil d’Etat l’amende à son tour. Cette annonce de François Hollande pendant les élections était d’une démagogie folle. Le voici confronté à la réalité économique, éthique et humaine. Je ne sais pas comment les socialistes vont s’en sortir, mais ils ont tellement de problèmes que celui-ci devrait être rapidement abandonné.

Il est vrai que les socialistes ne connaissent que les impôts et les taxes. Ils ont augmenté les premiers de façon impitoyable et multiplié les secondes de façon invraisemblable. Nous sommes en France dans une situation délicate et si les socialistes continuent leur politique économique, nous allons nous retrouver bientôt les derniers de la classe européenne. Quel beau résultat en à peine 10 mois !


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0