Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 17:25
S. Guiochon
J’ai beaucoup suivi, beaucoup soutenu Nicolas Sarkozy. Il a été un bon président de la République et l’on a vu avec quelle volonté il a réussi à être élu en 2007. Je l’ai soutenu avant, pendant, et bien entendu, je regrette qu’il ait été battu ou plutôt que nous ayons été battus puisqu’après lui, des députés l’ont été. De là à s’imaginer qu’il puisse être un recours, il y a un pas qui sera, pour moi, difficile de franchir.

Il n’y a pas, et heureusement, en France d’homme providentiel. Bien entendu, on peut faire référence au général de Gaulle, que ce soit en 1940 comme en 1958, mais c’était le général de Gaulle et je n’imagine pas que Nicolas Sarkozy puisse se comparer à lui. Certes, il est évident que les socialistes aujourd’hui sont en train de briser la France, de couper notre pays entre de multiples castes (le mariage pour tous, le vote des immigrés, la drogue qui est regardée avec des yeux de Chimène, la politique économique désastreuse qui monte les entrepreneurs contre les employés).

Il ne fait plus bon d’entreprendre en France. Un certain nombre de ministres montre ces entrepreneurs du doigt. L’entreprise est méprisée. Oui, la France va mal, très mal. Certes, il y a la crise, mais elle est dramatiquement aggravée par l’attitude des socialistes. Ils sont là pour 4 ans encore ! Il s’agit de la loi républicaine. Nous devons les combattre.

Bien entendu, il y a entre temps des élections locales. Ces élections sont d’une importance capitale : les municipales dans un an à peine, les européennes, les cantonales (dont le mode de scrutin a été bidouillé), les régionales. Il s’agit d’une reconquête et Nicolas Sarkozy ne sera pas là pour elle. Ce seront les leaders d’aujourd’hui qui devront prendre la tête de ces combats, en particulier François Fillon, mais aussi Nathalie Kosciusko-Morizet, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Jean-François Copé pour ne citer qu’eux.

Nous avons de multiples personnalités en France, dans l’Opposition. Et se poser aujourd’hui en recours est une mauvaise action vis-à-vis de celles et ceux qui veulent combattre les socialistes pour la France.

Je garde toute mon amitié et toute ma reconnaissance à Nicolas Sarkozy, mais il est des moments où il faut mieux rester dans le silence plutôt que d’aller s’exposer dans les médias, 4 ans et demi avant une échéance, trois ans et demi avant une primaire (car j’imagine mal qu’il s’en affranchisse).

Oui, je le dis, et comme souvent avec force (peut-être un peu trop), Nicolas Sarkozy n’aurait pas dû parler. Il est un temps pour le silence. Il est un temps pour la réflexion. Le temps pour l’action, pour Nicolas Sarkozy, n’est pas encore venu.


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 12:45
UMP 44

Chers Amis,

Je me permets de vous transmettre la tribune de Laurence GARNIER, Présidente d’Interp’elles en cette journée internationale de la Femme.

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim

Journée internationale de la Femme

Alors que nous célébrons en ce vendredi 8 mars 2013 la 102ème Journée internationale de la Femme, la place et le rôle des femmes dans la cité constituent encore aujourd’hui une question pour nos sociétés occidentales.

D’immenses progrès ont certes été accomplis au cours des précédentes décennies.

D’importants chantiers restent à mener, sur des dossiers aussi différents que l’égalité salariale (la France accuse un écart de 19% entre les salaires des hommes et ceux des femmes), ou la question des violences faites aux femmes (rappelons qu’actuellement en France, une femme meurt tous les 2 jours sous les coups de son conjoint).

Au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la question de la place des femmes dans la société a été prioritaire. Elle a permis, notamment, d’améliorer la représentativité des femmes dans les entreprises et au sein des conseils d’administration. En déclarant la violence faite aux femmes Grande Cause Nationale en 2009, le gouvernement a permis une meilleure identification et une prise en charge plus précoce des cas de violences conjugales.

Après avoir réfléchi à la place de la femme au sein du foyer, puis au rôle des femmes dans le monde professionnel, la société française a posé, plus tardivement que d’autres, la question de la place et du rôle des femmes dans la vie publique. Pourtant, dès les Lumières, on trouvait en germe chez Jean-Jacques Rousseau l’esquisse d’un rôle spécifique des femmes dans la vie publique :

"Pourrais-je oublier cette précieuse moitié de la république qui fait le bonheur de l’autre, et dont la douceur et la sagesse y maintiennent la paix et les bonnes mœurs ? Aimables et vertueuses citoyennes [...] c’est à vous de maintenir toujours par votre aimable et innocent empire et par votre esprit insinuant l’amour des lois dans l’Etat et la concorde parmi les citoyens".

Au travers de termes un peu désuets et d’une conception de la femme qui a certes bien évolué en deux siècles et demi, Rousseau décrit bien le rôle fondamental des femmes dans le renforcement du lien social, vecteur indispensable de la paix sociale et du bien-vivre ensemble. La paix, qui ouvre le propos, et la "concorde parmi les citoyens", se retrouvent aujourd’hui au travers de l’investissement associatif plus important des femmes, qui donne son véritable sens à la "fraternité" de notre devise républicaine.

La question de l’engagement des femmes au cœur de la vie politique nationale est le prolongement naturel d’une implication constante des femmes dans la vie de la cité. Au-delà d’une simple logique de représentativité équitable des hommes et des femmes dans les mandats électifs, c’est plus encore la question du bénéfice que notre société retirera d’une présence accrue des femmes dans la vie politique qui est posée aujourd’hui.

"La vitalité de toute démocratie, a écrit Jacques Chirac, se mesure d’abord à la place qu’elle réserve aux femmes. Elire des femmes, j’en ai la conviction, qui se fonde sur mon expérience de la vie publique, c’est faire toute sa place, dans la prise de décision publique, au genre qui incarne et sait faire prévaloir la vie humaine, avec ses forces et ses vulnérabilités."

Plus qu’une question d’égalité numéraire, il s’agit donc de considérer les apports spécifiques des femmes dans la vie publique, en particulier en ce qui concerne le lien social, et de réaffirmer qu’au-delà d’un combat des femmes pour elles-mêmes, c’est la société toute entière qui bénéficie de l’implication et de l’engagement des femmes dans la vie publique et politique.

Laurence GARNIER

Conseillère municipale d’opposition de Nantes

Présidente du réseau de femmes Interp’elles

UMP 44
Partager cet article
Repost0
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:27
SIPA
Il ne manquait plus que cela ! Des taxes que tout le monde paye, des impôts que tout le monde paye, une diminution formidable du pouvoir d’achat des Français, des classes moyennes en particulier. Voici maintenant une nouvelle trouvaille. Pour faire le Grand Paris, pour trouver de l’argent en réalité pour la France entière, puisqu’il ne s’agira pas uniquement du Grand Paris, voici que les contraventions vont doubler, peut-être atteindre 35 euros.

Il s’agit bien entendu d’une action totalement inacceptable. Certes, il est inacceptable que les Françaises et les Français se garent mal, n’importe où parfois, gênant la circulation. Il est tout à fait normal qu’ils soient punis par des contraventions. Mais depuis un certain nombre de mois, voire d’années, le nombre des contraventions augmente. Elles sont assez souvent litigieuses, sans parler des voitures qui sont enlevées quelques secondes après que la ou le contractuel soit passé. Faute des Français certainement, mais la punition est souvent disproportionnée, parce que ce chemin pris par l’Etat est inacceptable.

Une nouvelle fois, il ne s’agit plus de punir les Français qui stationnent de façon désordonnée, mais de les ponctionner, de les taxer pour palier les carences de l’Etat. On ne se rend pas compte de la nocivité de cette décision si tant est qu’elle soit prise. Les Français vont être pénalisés partout, non seulement à Paris ou en région parisienne, mais aussi ailleurs. Et surtout, cette idée est diabolique. Il y a là un gisement financier formidable pour renflouer les caisses de l’Etat. On ne savait plus ce que pouvaient imaginer les socialistes. On ne s’y attendait pas. Voilà une nouveauté !


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:37

 

 

LE CALCUL ETAIT MAUVAIS. OFRIR 300,00€ PAR ADULTE ET 100,00€ PAR ENFANT POUR MOTIVER LES ROMS A RETOURNER DANS LEUR PAYS D'ORIGINE ETAIT UNE ERREUR.

APRES AVOIR EMPOCHE CETTE "AIDE AU RETOUR VOLONTAIRE", cette population revenait aussitot en france. PUIS ILS FAISAIENT PLUSIEURS FOIS L'ALLER ET LE RETOUR, ENCAISSANT PLUSIEURS FOIS CET ARGENT OFFERT PAR LA FRANCE.

 

MIS EN PLACE PAR L'OFFICE DE L'IMMIGRATION ET DE L'INTEGRATION (OFII) EN 2006 CETTE AIDE A ETE REVUE A LA BAISSE EN DECEMBRE 2012,(UN ADULTE PERCOIT 50,00€ ET UN ENFANT 30,00€ POUR RETOURNER DANS SON PAYS;

 

LE PRESIDENT DE L'OFII, ARNAULD KLARSFELD A DECLARE QUE CELA REPRESENTAIT "QUELQUES MILLIONS" D'EUROS D'ECONOMIES QUI SERONT AFFECTES A L'AIDE A LA REINSERTION SUR PLACE."

 

CONTRBUABLES NE REVEZ PAS CET ARGENT SERA TOUT DE MEME DEPENSE.

 

IL EST INTERSSANT DE CONSTATER QUE CETTE AIDE INCONTROLEE A ETE MISE EN PLACE PAR UN GOURVENEMENT DE DROITE ET DIMINUEE PAR LES SOCIALISTES.

 

N'Y VOYEZ AUCUNE RELATION DE CAUSE A EFFET, MAIS EN 2012 LES VOLS ET CAMBRIOLAGES EXPLOSENT EN FRANCE (EN MOYENNE PLS DE 30%), COMMIS PAR DES GROUPES ORGANISES EN PROVENANCE DES PAYS DE L'EST".

 

LES ASSUREURS ONT BIEN IDENTIFIE LE RISQUE EN INDIQUANT QUE LES  CAMBRIOPLAGES ETAIENT A L'ORIGINE DES AUGMENTATIONS IMPORTANTES DES COTISATIONS EN 2013.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 12:17
UMP 44
Aéroport Notre Dame des Landes

 

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : l’UMP auditionnée par la Commission du dialogue

Le 4 mars dernier, André TRILLARD, Sénateur de Loire Atlantique, Président du Groupe Démocratie 44 au Conseil général, Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental de l’UMP ont été reçus à leur demande par la Commission du dialogue mise en place par le Premier ministre concernant l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Les élus ont souhaité rappelé le soutien plein et entier de l’UMP au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-des-Landes. Ils ont rappelé les arguments qui militent en faveur de cet équipement : 1) créer un aéroport du Grand Ouest, 2) renforcer la sécurité et limiter les nuisances sonores sur la Ville de Nantes, 3) permettre la densification de l’Ile de Nantes, 4) créer plusieurs centaines d’emplois et favoriser le développement économique, 5) limiter l’impact environnemental en protégeant le Lac de Grandlieu, 6) construire un équipement aux normes environnementales.

Les représentants de l’UMP 44 ont tenu également à dénoncer les violences commises sur place ou à l’extérieur. Ils ont également fermement critiqué les agissements d’une poignée d’opposants qui empêchent la libre circulation des habitants du secteur et tentent d’instaurer une zone de non-droit.

André TRILLARD a rappelé que le dialogue citoyen avait eu lieu, qu’une enquête publique s’était déroulée, allant au fond du dossier, et que toutes les élections avaient depuis vu les formations politiques favorables au projet être très largement majoritaires. L’UMP se fait le porte-voix d’une population silencieuse favorable à l’aéroport du Grand Ouest.

Pour l’UMP, Gatien MEUNIER rappelle que ce projet est un projet d’intérêt général, validé par le Grenelle de l’environnement. L’UMP regrette que les élus socialistes aient organisé une large opération de soutien à l’aéroport en novembre 2012 sans associer les autres formations politiques favorables au projet. Cette attitude dessert le projet.

Enfin, l’UMP 44 a rappelé la nécessité de travailler et d’apporter des réponses claires sur 2 points clefs : 1) la desserte de l’aéroport. Notre-Dame-des-Landes pour devenir l’aéroport du Grand Ouest doit faire l’objet d’une desserte ambitieuse que la solution départementale d’un bus à haut niveau de service au départ de Nantes ne constitue pas. La desserte ferroviaire de la plateforme aéroportuaire doit être déterminée rapidement. …/… 2) l’avenir du site de Nantes Atlantique avec maintien ou non de la piste selon les projets d’Airbus.

L’UMP a rappelé que ce projet d’État devait faire l’objet d’un soutien total du Gouvernement. Ses représentants ont demandé au Premier ministre et au Gouvernement de prendre leurs responsabilités et de tout mettre en œuvre pour que ce projet d’intérêt national aboutisse. Les élus UMP de Loire Atlantique réclament de la détermination !

Pour conclure, les cadres de l’UMP ont rappelé la nécessité de voir ce projet aboutir et le coût que l’État devrait supporter s’il devait se dédire alors que le marché public est en cours d’exécution depuis 2 ans.

André TRILLARD, Sénateur de Loire Atlantique

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim

UMP 44
Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 11:01

 

BEBERT BRUNO / SIPA
Petit à petit, les socialistes prennent et s’accaparent tous les pouvoirs. Leur hantise est de se faire battre aux prochaines élections, qu’il s’agisse des municipales ou des européennes. Ils vont donc trafiquer les modes de scrutin.

A Paris, ils vont supprimer un Conseiller de Paris dans les 7ème, 16ème et 17ème arrondissements - qui sont à droite - bien que la population des deux derniers ait augmenté, pour les ajouter dans des arrondissements de gauche.

Ils sont en train maintenant de trafiquer les élections cantonales en créant, ce qui sera une première au monde, des binômes hommes/femmes et en réunissant les cantons. Ils vont en profiter bien entendu pour redécouper les cantons à leur guise.

Mais il y a mieux encore car il est vraisemblable qu’ils instillent une part de proportionnelle aux élections législatives, 10% disent-ils, ce qui va les amener bien entendu à redécouper les circonscriptions. Je rappelle qu’elles ont déjà été redécoupées il y a deux ans suite à la réforme de la Constitution qui limitait le nombre de députés à 577. Il est évident que ces circonscriptions découpées par les ciseaux socialistes seront très en faveur de leur parti.

Ainsi, à Paris, il semblerait que deux députés disparaissent. Ne doutons pas qu’ils seront de droite. Mais, dans toute la France, ils vont s’en donner à cœur joie. Vont-ils encore trafiquer les élections européennes ? Ils sont en train d’y réfléchir pour savoir quel serait le meilleur type de scrutin pour leur propre bénéfice. Il s’agit, n’en doutons pas, d’une véritable opération de charcutage.

Ils savent maintenant qu’ils ont perdu la confiance des Français, mais ils vont tout tenter pour garder le pouvoir. Il s’agit là d’une attitude particulièrement antidémocratique et particulièrement odieuse. Fallait-il s’attendre à autre chose de leur part ?


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:54

 

La Voix du Nord
La France n’arrivera pas à tenir ses promesses économiques. Même si François Hollande, il y a peu encore, annonçait ses objectifs avec force et détermination, il savait d’ores et déjà qu’il mentait aux Français. 3% ? Impossible à atteindre puisqu’en 2013, le déficit sera de 3,5 et en 2014 de 3,9.

La France va donc s’enfoncer dans la crise. Il est vrai aussi que, malheureusement, la courbe du chômage ne s’inversera pas fin 2013. Elle continuera à progresser en 2014. Ces annonces faites aussi bien par l’Union européenne que par les organismes économiques internationaux sont la preuve que la politique socialiste est mauvaise, je dirais même dramatique.

François Hollande avait annoncé, il y a peu encore, qu’il n’y aurait pas de hausses d’impôts. Elles sont inévitables. Les classes moyennes vont de nouveau trinquer. Elles ont été la cible de toute la politique socialiste jusqu’à présent. Elles vont continuer à payer pour cette politique inepte. Il est évident aussi que le commerce extérieur va s’enfoncer. Bref, la France va dans le mur. Si ce n’est en 2012, en tous les cas, ce le sera en 2013 et en 2014.

Jusqu’où iront les socialistes dans leurs erreurs stupides ? Augmenter les impôts des Français, c’est diminuer la consommation. Augmenter les taxes des entreprises, c’est les empêcher d’être compétitives. Alors que les autres pays européens ont compris qu’il fallait rendre leurs entreprises compétitives pour faire partie du commerce mondial, la France fait le contraire.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, les socialistes sont accrocs aux impôts au détriment de tous les Français. François Hollande a menti dès le début de son quinquennat et il continue à le faire soit par incompétence, ce qui est vraisemblable, soit par malhonnêteté, ce qui est possible.


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 10:33

 

Miguel Medina/AFP
Voici plus de 20 mois que le chômage augmente, véritable drame pour la France et pour l’Europe. Lorsqu’il y a près d’un an déjà, François Hollande, lors de sa campagne électorale, la main sur le cœur, promettait de faire diminuer le chômage, remettre la France sur les rails, niant toute crise internationale, niant les efforts accomplis sous Nicolas Sarkozy, les Français ont eu, semble-t-il, un certain espoir puisqu’il a été élu.

En réalité, ce n’était que mensonges, mensonges éhontés, dramatiques. Non seulement le chômage augmente, mais la France va de mal en pis. Les premiers mois, les socialistes pouvaient accuser l’ancien gouvernement. C’était de bonne guerre. Mais maintenant, alors qu’ils ont fait voter des lois, alors qu’ils ont pris des engagements il y a à peine un mois, cette nouvelle augmentation est due à la crise, mais aussi à la politique socialiste.

Nous tournons le dos à la réalité. Nous sommes en train de faire exactement l’inverse des pays vertueux. Je ne dis pas qu’il faut, comme la Grèce ou l’Espagne, tuer dans l’œuf toute reprise, toute relance, mais la France va mal. Les promesses du président, réitérées ces derniers jours, n’étaient que mensonges. Je crains fort qu’en septembre prochain, il n’y ait d’importantes manifestations dans les rues, graves, brutales et que la France soit secouée par ces troubles.

Les socialistes ont menti. Ils continuent de le faire. Les socialistes sont en train, pour essayer de se sauver, de mettre leurs amis à tous les postes clés, mais surtout, ils changent les modes de scrutin pour essayer de se maintenir au pouvoir. Ils ne se rendent pas compte que les Français ne sont pas dupes, déçus par leurs mensonges, exaspérés par leurs magouilles, et que, quoi qu’ils fassent, ils ne récupèreront plus le cœur des Français.

Monsieur Cahuzac, arrogant et menteur comme les autres, qui avait juré ses grands dieux, à la suite d’Ayrault et Hollande, qu’il n’y aurait plus d’augmentation d’impôts, a été forcé de dire le contraire. Pauvre France qui va dans le mur !


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 08:35
UMP 44

Chers Amis,

Je me permets de vous transmettre le communiqué de notre Sénateur, André TRILLARD sur les emplois saisonniers en agriculture.

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim

UN AUTRE COUP DE MASSUE POUR LES AGRICULTEURS !

André TRILLARD, Sénateur de Loire-Atlantique, alerte le gouvernement sur le décret dont bénéficiaient les employeurs de travailleurs saisonniers agricoles qui porte un nouveau coup au monde agricole. Il s’agit selon lui d’une fausse bonne idée.

Ce décret centre son exonération sur les bas salaires et en exclut aussi les cotisations d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Au lieu de conserver une mesure d’exonération qui a fait depuis ces dernières années la preuve de son efficacité, permet de mener une politique de sauvegarde voire de reconquête de l’emploi sur notre territoire, le Gouvernement la remet en cause.

Les charges patronales pour un salarié saisonnier passeraient ainsi de 5 à 9 % (contre un taux de près de 44 % pour une cotisation classique). Cette mesure va pénaliser plus fortement encore les employeurs qui rémunèrent leurs salariés occasionnels au-delà du SMIC. Les charges doubleraient, voire tripleraient dans le vignoble, des salariés saisonniers y occupant souvent des postes clés rémunérés plus que le SMIC (travaux de taille, pressurage, cuverie...) En 2011, 115 500 saisonniers étaient engagés pour les vendanges, on en dénombrait 23 000 hors vendanges. De même, pour les activités d’arboriculture, de maraîchage, d’horticulture et de production de semences dont le coût de production est majoritairement constitué par le coût du travail, il sera encore plus difficile d’être compétitif face à des pays aux coûts de production très inférieurs aux nôtres.

Les pertes d’emploi en agriculture se feront plus silencieusement, de façon plus insidieuses mais toutes aussi réelles et parfois plus lourdes au niveau régional et local que certaines annonces médiatiques.

Il est urgent que le Gouvernement se décide à défendre un secteur de production qui emploie plus d’un million de salariés, qui permet avec son amont et son aval, à 3,5 millions de personnes d’avoir une activité. Un secteur où l’emploi est non délocalisable tant que l’activité de production se maintient…mais aussi qui apporte du lien social, des produits de qualité et respectant des cahiers des charges sanitaires et environnementales stricts.

De même cette mesure va précariser les travailleurs saisonniers qui pourraient être victimes d’une baisse de leur rémunération pour que l’employeur puisse être exonéré.

André TRILLARD, Sénateur de Loire Atlantique

UMP 44
Partager cet article
Repost0
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:32

 

Maxppp
Vincent Peillon a l’habitude des petites phrases qui mettent le feu à l’Education nationale. Il a déjà commis une bourde sur l’aménagement des rythmes scolaires pendant la semaine dernière, bourde qui coûte très cher aux socialistes, puisque les parents d’élèves et les enseignants sont vent debout.

Voici maintenant qu’il récidive sur les grandes vacances. Cette phrase était non préparée et stupide. Non préparée car il semble bien qu’il n’a jamais mené de concertation ni avec les parents d’élèves, ni avec les enseignants, qu’il n’en a pas vu les conséquences.

Un exemple simple : le baccalauréat a lieu dans toute la France, le même jour, à la même heure. On sait bien que quelques jours avant, voire quelques semaines, les lycées sont fermés pour faire passer cet examen. Comment va-t-il trouver le moyen de décaler les grandes vacances en gardant le « bachot » tel qu’il est ?

Stupide car, sans avoir prévenu le président de la République, le Premier ministre et les autres membres du gouvernement, il s’est fait désavouer quelques minutes plus tard. Il s’agit encore d’une cacophonie stupide de Monsieur Vincent Peillon, d’une arrogance incroyable et d’un dogmatisme évident.

Finalement, ces socialistes sont d’une maladresse terrible, mais cette maladresse traduit le mépris qu’ils ont du peuple français.


Pr. Bernard DEBRE
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0