Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 16:02

Le Figaro publie ce matin ma lettre à l'adresse de François Hollande à propos du projet de loi gouvernemental sur le mariage homosexuel :

 

 

 

Monsieur le Président,

 

 

Le 13 janvier, de nombreux Français iront manifester contre votre projet de loi  qui ouvre le mariage et l'adoption aux couples de même sexe. Avec gravité et sincérité, ils seront  les interprètes d'une France qui reste attachée au cadre traditionnel du mariage. Cette France-là ne doit pas être oubliée ou stigmatisée. Son inquiétude est réelle, sa cause est profonde et argumentée.

 

Le projet gouvernemental devait, nous disait-on, susciter le consensus. Je constate que le débat actuel a fait, au contraire, resurgir des tensions, parfois même détestables. Les réseaux sociaux  sont trop souvent devenus les vecteurs d'une violence féroce entre partisans et opposants à ce texte. Homophobie  d'un côté, anticléricalisme de l'autre: toutes ces dérives qui mutilent notre fraternité sont inquiétantes. Alors même que la société française a progressé  ces dernières années en tolérance,  voici donc que renaissent des clivages préjudiciables à tous.

 

Face à cette situation, je vous demande d'agir avec sagesse car  les risques de rupture existent. Sur bien des sujets, vous et votre gouvernement avez largement modéré votre empressement initial: le droit de vote des étrangers a été ajourné ; la négociation sociale sur la sécurisation  de l'emploi dure depuis des mois ;  le gouvernement  a même décidé d'installer une commission  de dialogue  sur l'aéroport Notre-Dame-des-Landes… Pourquoi cette question  du mariage homosexuel fait-elle l'objet d'une telle précipitation?

 

L'amour scellé entre deux personnes est la plus belle des choses. Mais il  ne suffit pas à lui seul pour remettre en cause l'organisation du cadre civil et social du mariage qui structure la société et la filiation depuis des siècles.

 

Le mariage est une institution unissant un homme et une femme, leur donnant des droits et des devoirs vis-à-vis de  l'un et de l'autre, ainsi que vis-à-vis  des enfants qui pourraient être issus de leur union. Par le mariage, la République ne consacre pas l'amour qui unirait  deux personnes mais elle protège  la famille qui pourrait en être issue  et en particulier les enfants. C'est dans l'intérêt de l'enfant qu'il convient principalement de raisonner!

 

Je ne veux pas me placer dans un déni de réalité. Le rôle du législateur est d'encadrer et de protéger juridiquement les situations nouvelles qui se créent  au fur et à mesure des évolutions  de notre société. Je comprends l'attente des couples homosexuels qui, avec  le pacs, ne bénéficient pas des mêmes droits patrimoniaux que les couples hétérosexuels lorsque leur conjoint décède. Je mesure l'attente de ces mêmes couples qui élèvent un enfant et qui souhaitent que la relation qui se noue entre l'enfant et le «second parent» soit juridiquement protégée. Nous sommes là dans le droit de l'enfant.

 

Je ne veux pas non plus m'ériger  en juge. Nous savons tous que  nos enfants grandissent dans un cadre familial infiniment variable d'une situation à l'autre. Il ne s'agit pas de mettre en doute les capacités d'affection et d'éducation d'un enfant par un couple homosexuel ou encore par une femme  ou un homme seuls.

 

Les défenseurs de ce projet de loi brandissent, pour le justifier, l'étendard de l'égalité des droits. Mais faut-il pour autant bouleverser les équilibres de notre société ? La heurter ? Se fonder sur l'institution du mariage par souci d'égalitarisme ? Je ne le crois pas.  Les citoyens sont égaux, ce qui n'implique pas que les situations  soient totalement égales.

 

Si le principe d'égalité était suffisant pour justifier de chambouler l'institution du mariage, alors il sera rapidement,  je le crains, considéré comme suffisant pour fonder l'ouverture de la procréation médicale assistée aux couples de femmes et la gestation pour autrui aux couples d'hommes. Sur ces sujets, ni vous  ni votre majorité n'avez été clairs.

 

Ceux qui prétendent que ces évolutions fondamentales ne sont pas  à l'ordre du jour seront les mêmes  qui dans quelque temps affirmeront  que le «droit à l'enfant» prime  sur le reste. Je vous rappelle qu'en 1999, le pacs nous était présenté par le gouvernement socialiste comme l'étape législative ultime de l'union entre  deux personnes du même sexe. Aujourd'hui, une décennie plus tard, voici le mariage ouvert aux couples homosexuels avec l'adoption, et avec  son inévitable corollaire: la procréation médicalement assistée et, le moment venu, la gestation pour autrui. Bref, nous risquons par votre faute, et peut-être même malgré vous, d'entrer dans une spirale qui ne peut pas ne pas interpeller toute la société française.

 

On ne doit pas légiférer tambour battant au nom «d'une exigence d'égalité» et du «mariage pour tous» qui est un slogan mensonger, car le mariage, fort heureusement, n'est pas ouvert à tous et pour tous les cas de figure. On ne peut pas, sans précaution, laisser croire à un enfant qu'il peut  avoir deux pères ou deux mères.  C'est un point soulevé par de nombreux pédopsychiatres et auquel votre gouvernement semble croire qu'il peut remédier, en remplaçant simplement  les mots «pères» et «mères»  du Code civil par les termes génériques de «parents».

 

La question du mariage n'est pas  une question politicienne. Elle s'ancre dans les profondeurs de la société française. Ne passez pas en force. Il n'y aurait ni honte ni faiblesse à renoncer  à un projet qui divise notre pays.

 

Il existe une voie pragmatique pour avancer. Nous pouvons travailler ensemble sur une version d'un pacs renouvelé, renforcé de droits nouveaux, qui répondrait aux attentes des couples sur la base d'une nouvelle forme d'Union civile. Au regard de l'intérêt de l'enfant, pour préserver ses droits, je serais également ouvert à ce que l'on réfléchisse au statut de coparent,  ou second parent. Ce nouvel arsenal juridique permettrait de répondre  aux attentes légitimes des couples et parents homosexuels sans bouleverser l'héritage de notre modèle de société.

 

Nos concitoyens sont profondément touchés et vont manifester, nombreux,  le 13 janvier. En tant qu'ancien premier ministre, j'estime avoir un devoir  de réserve vis-à-vis du principe même des manifestations. Élu de la nation,  mon combat est au Parlement. Mais je comprends ceux qui feront entendre  leur voix dimanche prochain. Votre rôle, Monsieur le Président de la République, est de les écouter. Votre devoir est  de vous élever au-dessus de votre parti pour faire œuvre de tempérance  et tenter de réconcilier les Français.

 

 

François Fillon    

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:28

Question écrite (22/11/2012)
 
M. André Trillard attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les inquiétudes des professionnels du secteur de la biologie médicale mis en difficulté par une nouvelle baisse des tarifs des prestations, qui devrait aboutir à une amputation de leurs ressources de 6% en 2013. L'ordonnance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale a conduit les professionnels à mettre en place des normes de qualité sévères, au service du rôle médical exigeant qui leur est confié. La profession ne conteste pas ces mesures mais constate qu’elles constituent un facteur d’aggravation de ses charges. Dans ce contexte, une nouvelle baisse des nomenclatures risque de compromettre l'avenir de laboratoires indépendants et de proximité, menaçant ainsi l'accès direct aux soins pour les patients ainsi que l’emploi. Dans les Pays de Loire, 400 postes de travail pourraient être concernés. Il lui rappelle que récemment interrogée sur ce sujet au Sénat au cours de la discussion générale du Projet de Loi de financement de la Sécurité Sociale, elle n’a pas apporté de réponse. Aussi lui demande-t-il donc de bien vouloir, à la lumière des éléments ci-dessus exposés, lui indiquer la position du Gouvernement sur ce sujet.
 

Par André TRILLARD Publié dans : Au Sénat

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:21
UMP 44

Chers Amis,

Je me permets de vous transmettre le communiqué de Christophe PRIOU, Député de Loire Atlantique sur le projet de loi « mariage pour tous » qui sera discuté à l’Assemblée le 29 janvier. Bonne lecture.

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim

Communiqué de Christophe PRIOU sur le projet de loi "mariage pour tous"

Toutes les questions d’éthique qui touchent à la science, à la vie, à la structuration fondamentale de la société dont le noyau familial est une composante irréductible, méritent un débat serein et dépassionné qui coïncide rarement avec un calendrier législatif souvent établi dans l’urgence de l’actualité.

Personnellement je ne suis pas favorable au changement du statut actuel du mariage et je ne voterai pas le texte qui sera soumis au parlement. Le mariage entre personnes de même sexe n’est d’ailleurs pas une revendication majeure des couples homosexuels avec lesquels j’ai pu discuter. Il serait plutôt souhaitable d’envisager une extension de certains aspects du PACS pour faciliter la transmission patrimoniale en faveur du dernier vivant par exemple. En effet, les personnes qui vivent en union libre ou en Pacs sont considérées comme des tiers par rapport à la succession de l’une et de l’autre.

Le mariage revêt une dimension symbolique forte et le projet de loi ne pourra pas régler tous les problèmes complexes de filiation et d’adoption. Le gouvernement avance masqué puisque qu’il coupe déjà son texte initial en morceaux en retirant subrepticement la procréation médicalement assistée (PMA) pour la glisser dans le futur projet de loi sur la famille.

Avec ce débat politique et sociétal, le gouvernement prend le risque de diviser profondément et durablement le pays alors que d’autres questions urgentes (emploi, sécurité par exemple) sont à l’ordre du jour.

Christophe PRIOU, Député de Loire-Atlantique, Maire de Guérande

UMP 44
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:18

Après avoir perturbé toute l'année 2012, et entraîné :

- une baisse de la fréquentation du centre ville,

- la baisse de la part du centre ville dans le chiffre d'affaire du commerce de la métropole,

la majorité socialiste continue à sacrifier le centre par une politique dévastatrice et une absence de vision d'ensemble !


Voir article de Ouest France sur le lien suivant : link

 

Une vraie politique de dynamisation du centre ville, de son commerce, la venue de locomotive commerciale, une politique de transport cohérente, une offre de stationnement adaptée, une vision d'ensemble, une ambition moderne, un respect de ses habitants, voilà autant d'objectifs à atteindre pour le centre ville.

 

Malheureusement, l’actuelle majorité municipale multiplie les erreurs condamnant le centre ville au profit de décisions ultra-favorables aux centres commerciaux de périphérie.

 

Pourtant le centre ville devrait être la priorité des priorités. Création d’emplois, lien social, cadre de vie, tourisme sont autant de thématiques qui tireraient profit d’une politique courageuse et déterminée.

 

Il faudra sans doute attendre 2014, et le changement de majorité pour voir le centre ville à nouveau considéré, respecté et favorisé !

Par Julien BAINVEL Publié dans : Ouvrez la à Nantes !

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 09:07

Question écrite n° 03787 de M. André Trillard (Loire-Atlantique - UMP)

 
André Trillard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur l'évolution de la législation concernant les catégories du permis de conduire. En effet, afin de se mettre en conformité avec la directive 2006/126/CE du Parlement européen, l'État français a modifié l'article R. 221-4 du code de la route par décret n° 2011-1475 du 9 novembre 2011 - art. 6. Or, les dispositions de ce décret, qui doivent entrer en vigueur à compter du 19 janvier 2013, soulèvent des problèmes d'interprétation concernant notamment la méthode de calcul du poids total roulant autorisé (PTRA) d'un ensemble attelé et pourrait conduire à exiger la détention d'un permis E-B à tous les automobilistes qui auront un PTRA supérieur à 4 250 kilogrammes. Dans une telle hypothèse, bon nombre de conducteurs de véhicules tractant caravane, bateau ou tout autre type de remorques, actuellement en toute légalité, ne pourraient plus le faire, avec toutes les conséquences civiles (assurances) ou pénales (conduite sans permis) qui résulteraient de la méconnaissance du public de cette nouvelle législation.


Il lui parait donc urgent de lever cette ambiguïté, et de faire en sorte qu'à l'instar de plusieurs de nos voisins européens, cette transposition n'aboutisse pas à alourdir les contraintes pesant sur les automobilistes français, sans parler des conséquences inévitables sur le fonctionnement des services techniques de nos collectivités territoriales. Il le remercie de bien vouloir le tenir informé de la position de Gouvernement sur ce sujet.

 



En attente de réponse du Ministère de l'intérieur

 

Par André TRILLARD Publié dans : Au Sénat

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 08:54


Monsieur le Président 

 J'espère que votre secrétariat va être submergé par le courrier des retraités !! 

Ceux qui sont en retraite de nos jours 

n'ont pas travaillé 35h00 par semaine, 

n'ont pas eu 5 semaines de congés payés, 

20 jours de RTT, 

n'ont pas commencé à travailler entre 22 et 25 ans, 

et pour beaucoup, les retraités du privé, ont travaillé après 60 ans, 

en ayant commencé à 16 ans voir moins ! 

 

Et, aujourd"hui ils devraient être pénalisés, quelle honte. 

 

Ils ont  largement cotisé. 

Les retraités aident leurs enfants, petits enfants,

le chômage touche tout le monde, les études sont de plus en plus chères,

et les grand-parents sont continuellement sollicités.

 

Alors STOP

 

Il y a des économies à faire dans ce pays, mais les énarques,

sont tellement loin des réalités quotidiennes...

Des amies à moi, ouvrières en couture,

touchent aujourd'hui 900 € / mois

et les cas comme celui-là ne manquent pas..

Ces femmes dont il est question, vont devoir sauver la sécurité sociale,

dont profitent certains qui n'ont jamais cotisé ?

Des vieux retraités habitant de vieux logements mal isolés

vont devoir payer plus cher leur électricité

pendant que des étrangers en situation irrégulière

vont être logés et chauffés aux frais du contribuable.

Honte à vous, gens de gauche,

près du peuple soit disant.


> >   
Je n'ai pas fait de grandes études,

mais je peux vous donner quelques solutions pour faire des économies :
> >  
> >  
Supprimer le SENAT qui ne sert à rien,

et que vous avez tant décrié quand vous n'en aviez pas le controle !

80% de ces gens ont largement depassé l'âge de la retraite,

et continuent de percevoir des revenus indécents

pour dormir dans des sièges confortables !

Diviser par 2 le nombre des députés, celà suffirait.

  

Supprimer les budgets alloués par l'Etat à la presse quotidienne,

aux journaux télévisés, aux radios, qu'ils se financent avec la publicité

Supprimer la gratuité totale de l'ENA,

pour ceux qui accèdent à des postes de cadres dirigeants dans le privé,

ils devraient rembourser...

Supprimer les avantages donnés aux fonctionnaires en poste outre-mer,

et aux investisseurs tous les départements français devraient être égaux.

Aligner le système de retraite des fonctionnaires sur le système des privés,

vous qui parlez toujours de supprimer les privilèges.

Rétablir les 39 heures/semaine dans la fonction publique.

Supprimer  les subventions aux multiples associations,

dont beaucoup sont, comme SOS racisme, des officines de la gauche..

On peut aussi supprimer les abattements d'impôts octroyés aux journalistes !

C'est un avantage injuste, mais c’est vrai qu'ils ont largement contribués

à l'arrivée au pouvoir de la gauche,

et qu'il faut donc les récompenser...mais : motus !..


                                                 Cet argent gaspillé sont NOS impôts, alors STOP !


> >
Un peu plus de contrôles pour éviter les arrêts maladie de complaisance,

et réduire un peu le trou de la CPAM.
> > STOP aux primes allouées aux médecins

qui ne prescrivent pas trop de médicaments !

ils font tout simplement leur travail consciencieusement,

en évitant d'engraisser les grands laboratoires pharmaceutiques,

si  bien défendus par Mme Bachelot,

HONTE à elle, prête à tout pour exister.


> > Passer des accords avec les dirigeants des pays du MAGREB,

pour que  les Voyous étrangers, soient emprisonnés dans leur pays

pour la durée de leur peine, et ne soient pas à la charge de notre Pays.

Les prisons chez eux sont de vraies prisons

et non des centre de loisirs qui nous coûtent très cher.
> > STOP à l' AME véritable pompe aspirante !!

STOP aux voyages à l'étranger avec autant de ministres,

ces déplacements sont simplement des "remerciements"

des vacances offertes gracieusement...

les Retraités ont le temps d'aller en vacances, en week-end,

au cinéma, au restaurant, au club de sport (pour certains) et alors ?

ce n'est pas gratuit pour eux, et ils contribuent à l'économie du Pays,

et c'est encore sur cette population que l'on veut frapper !

les retraités propriétaires sont montrés du doigt !!

mais ils se sont privés toute leur vie

pour ne plus avoir de loyer à payer pendant leur retraite,

ils payent déjà sur leur logement, qu'ils ont remboursé en 15 ou 20 ans,

des impôts fonciers de plus en plus lourds...

il faut donc pénaliser les gens économes et travailleurs,

pour aider ceux qui ont profité des largesses de la société toute leur vie ?

Et maintenant il est question de les imposer sur  un « loyer fictif»

mais n'est ce pas déjà cela l'impôt foncier ?

 

Vous n'ignorez pas les tarifs d’hébergement des maisons de retraite

2200 euros et plus par mois,

Qui peut financer cela ?

Celles et ceux qui n'en n’ont pas les moyens

se  retrouvent dans des mouroirs,

alors que les prisons sont de plus en plus luxueuses et gratuites !

 

La fameuse «relance» dont vous aviez le secret

se traduit aujourd'hui par une croissance zéro

en 2012 et aussi en 2013.

Diminuer le cout du travail ne couterait rien si l'on revenait

à 3 semaines de congés, mais ce sont les syndicats

qui vous ont fait roi et aujourd'hui ils vous tiennent,

alors vous amusez la galerie avec le mariage des homos

et le vote des étrangers....

Le remuménage autour d'une bande de petits voyous islamistes

est bien venu pour faire oublier que dans les sondages

votre côte est en chute libre.

 

Les français ne sont peut être pas aussi cons que vous le pensiez !

 

Ne méprisez pas ce message et agréez, Monsieur le Président, mes salutations.

Cette lettre exprime ce qu’un très grand nombre de personnes

découvrent, pensent, et veulent dire haut et fort !

Hélas … je suis sûr que son destinataire, principal intéressé,

s’en moquera, enfermé dans sa « normalitude »,

entouré de son gouvernement de pieds nikelés

                            et imbu de sa haute fonction de Président élu !

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 08:41

 

Primes de Noël des ministres socialistes : 20 MILLIONS D’EUROS

 

 

Tout le monde doit se serrer la ceinture… C’est la crise… Huit mois après l’élection de Hollande, tout ce qui arrive c’est encore la faute de Sarkozy… C’est du moins ce que prétendent les ministres socialistes qui n’en oublient pas pour autant leurs petites primes de Noël :

20 MILLIONS D’EUROS !

 

 

DÉTAILS ET RÉPARTITION DES PRIMES


> > > >
AYRAULT
> > > >
Budget primes: 5 850 000 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 456
> > > > Nombre de membres de son équipe: 53
> > > > Nombre de fonctions support: 403
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 3 394 657 €
> > > > Soit un taux de 58% du budget total
> > > > Soit 12 829 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
VALLS
> > > >
Budget primes: 1 547 532 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 252
> > > > Nombre de membres de son équipe:12
> > > > Nombre de fonctions support: 240
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 932 917 €
> > > > Soit un taux de 60% du budget total
> > > > Soit 6 141 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
TAUBIRA
> > > >
Budget primes: 983 000 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 169
> > > > Nombre de membres de son équipe:14
> > > > Nombre de fonctions support: 155
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 614 375 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 5 817 € en moyenne par personne

 

TOURAINE
> > > >
Budget primes: 878 408 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 64
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 49
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 549 005 €
> > > > Soit un taux de 63% du budget total
> > > > Soit 13 725 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
MONTEBOURG
> > > >
Budget primes: 679 058 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 57
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 42
> > > > Dépenses prévues au 31/12/012: 422 000 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 11 913 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
BELKACEM
> > > >
Budget primes: 552 001 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 47
> > > > Nombre de membres de son équipe:13
> > > > Nombre de fonctions support: 34
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 396 112 €
> > > > Soit un taux de 72% du budget total
> > > > Soit 11 745 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
MOSCOVICI
> > > >
Budget primes: 730 304 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 67
> > > > Nombre de membres de son équipe:20
> > > > Nombre de fonctions support: 47
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 453 000 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 10 900 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
FABIUS
> > > >
Budget primes: 1 091 082 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 150
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 135
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 652 171 €
> > > > Soit un taux de 60% du budget total
> > > > Soit 7 274 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
DUFLOT
> > > >
Budget primes: 580 950 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 57
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 42
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 363 093 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 10 192 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
PEILLON
> > > >
Budget primes: 616 000 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 61
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 46
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012:403 750 €
> > > > Soit un taux de 66% du budget total
> > > > Soit 10 098 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
LEBRANCHU,
> > > >
Budget primes: 543 636 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 55
> > > > Nombre de membres de son équipe:12
> > > > Nombre de fonctions support: 43
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 337 000 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 9 884 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
FIORASO,
> > > >
Budget primes: 564 000 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 58
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 43
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 352 500 €
> > > > Soit un taux de 63% du budget total
> > > > Soit 9 724 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
LUREL
> > > >
Budget primes: 552 347 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 63
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 48
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 299 667 €
> > > > Soit un taux de 54% du budget total
> > > > Soit 8 767 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
AURÉLIE FILIPPETTI,
> > > >
Budget primes: 642 710 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 91
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 76
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 378 706 €
> > > > Soit un taux de 59% du budget total
> > > > Soit 7 063 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
SAPIN
> > > >
Budget primes: 500 291 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 75
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 60
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 312 682 €
> > > > Soit un taux de 63% du budget total
> > > > Soit 6 671 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
FOURNEYRON
> > > >
Budget primes: 541 770 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 53
> > > > Nombre de membres de son équipe:14
> > > > Nombre de fonctions support: 39
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 272 597 €
> > > > Soit un taux de 50% du budget total
> > > > Soit 10 222 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
BATHO
> > > >
Budget primes: 900 720 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 173
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 158
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 562 949 €
> > > > Soit un taux de 62% du budget total
> > > > Soit 5 206 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
LE FOLL
> > > >
Budget primes: 370 457 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 75
> > > > Nombre de membres de son équipe:14
> > > > Nombre de fonctions support: 61
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 207 997 €
> > > > Soit un taux de 56% du budget total
> > > > Soit 4 939 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
PINEL
> > > >
Budget primes: 466 268 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 39
> > > > Nombre de membres de son équipe:10
> > > > Nombre de fonctions support: 29
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 270 000 €
> > > > Soit un taux de 58% du budget total
> > > > Soit 11 956 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
BRICQ
> > > >
Budget primes: 454 052 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 38
> > > > Nombre de membres de son équipe:11
> > > > Nombre de fonctions support: 27
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 225 000 €
> > > > Soit un taux de 50% du budget total
> > > > Soit 11 949 € en moyenne par personne
> > > >
> > > >
LE DRIAN
> > > >
Budget primes: 967 238 €
> > > > Nombre de membres de son équipe: 158
> > > > Nombre de membres de son équipe:15
> > > > Nombre de fonctions support: 143
> > > > Dépenses prévues au 31/12/2012: 580 566 €
> > > > Soit un taux de 60% du budget total
> > > > Soit 6 122 € en moyenne par personne

 

SANS COMMENTAIRE !...>  >>

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 10:23
 

 

le 21 novembre 2012
LETTRE OUVERTE

A ceux qui

FERAIENT MIEUX DE LA FERMER

 

et en particulier à Monsieur Fischer,

Sénateur communiste des Bouches du Rhône

 

 

Nous venons enfin de donner une sépulture décente au général Bigeard, l’un des plus grands soldats que l’Armée française s’honore d’avoir eu dans ses rangs.

 

J’ai servi en Algérie comme lieutenant sous les ordres de ce grand chef que nous sommes des millions de frères d’armes à admirer.

 

Je viens d’apprendre que vous vous étiez répandu en propos injurieux à l’encontre de ce chef prestigieux.

 

Qui êtes-vous donc pour vous permettre de telles vilenies sur une personne que vous m’avez probablement jamais rencontrée … ?

 

Vous êtes sénateur ? et alors ? Communiste qui plus est !

 

On croit rêver. Malheureusement, il s'agit d'un mauvais cauchemar de vous voir ainsi paraître en moraliste innocent, vous qui avez soutenu et continuez de soutenir une idéologie qui, depuis 1917 et jusqu'à aujourd'hui, porte la responsabilité de cent millions de morts.

 

X

 

Au moment où éclate en 1957 ce qu'on appelle la "bataille d'Alger" vos séides se sont déjà tristement distingués. En avril 1956, l'aspirant Maillot, membre du parti communiste algérien détourne un camion militaire et livre au F.L.N. 263 armes en tous genres et leurs munitions.

 

En août de la même année, Yveton, employé communiste de l'E.D.F.-G.D.F. locale, pose une bombe à l'usine à gaz d'Alger. Il est fort justement guillotiné au mois de février suivant.

 

Et pendant ce temps-là en Europe les chars soviétiques dévastent Budapest et écrasent dans le sang l'appel à la liberté des Hongrois.

 

Vous souvenez-vous de l'été 1954 où l'Indochine nous rend des fantômes hagards, exsangues, décharnés qui, pour nous rejoindre, doivent enjamber les milliers de tombes des leurs assassinés dans les camps de "ré-éducation" par les commissaires politiques vietminh et français de vos amis… au motif de ce que vous appelez alors une guerre injuste.

 

Et les grèves de Berlin-Est et de Postdam qui laissent sur le pavé trois cents ouvriers hachés à la mitrailleuse des chars T 34 pour avoir osé demander une augmentation de salaire1 ?

 

 

Oseriez-vous évoquer la mascarade des procès staliniens d'Europe Centrale (Lazlo Rajk en Hongrie, Mazaryck et Benes à Prague), alors qu'au même moment plus de trois mille soldats de l'O.N.U., essentiellement américains, prisonniers des Nord-Coréens, disparaissent dans les camps sans avoir jamais laissé de traces ? Et les goulags en Sibérie devenus l'interminable cimetière de millions de prévenus politiques ? Et les purges de Staline où, les maires étaient tenus de fournir un pourcentage de leurs concitoyens à fusiller ; comme nous, vous avez lu ces pauvres listes de victimes expiatoires offertes à un holocauste idéologique. Ne nous dîtes pas que vous ne le saviez pas !

 

Vous nous trouvez ringard de remonter ainsi dans le temps. Alors revenons à l'Algérie et dîtes-nous ce que sont devenus nos harkis, ces braves volontaires qui avaient cru en la France et qui furent ébouillantés, empalés, déchiquetés.

 

 

Dîtes-nous ce que sont devenus les 2993 (chiffre officiel) Européens disparus sur leur terre algérienne entre 1954 et 1963 et dont les familles resteront à jamais sans nouvelle.

 

Et 1968 ? Vous souvenez de cette année où vous jouez facilement aux "héros" dans les rues de Paris pendant qu'en Tchécoslovaquie les chars russes écrasent le printemps de Prague et qu'en Chine la révolution culturelle élimine par centaine de milliers les "affreux bourgeois".

 

Faut-il évoquer ce 30 avril 1975 qui voit le départ du Vietnam du dernier Américain, ce qui fait titrer à l'un de vos journaux préférés "Saïgon libéré". Quelle libération, dîtes-nous ! En avez-vous parlé aux boat people ? Vous auriez eu du mal, la plupart d'entre eux ayant disparu en mer de Chine dans leur fuite éperdue vers la liberté pour échapper au communisme.

 

La même année, vous avez indécemment applaudi à l'entrée des Khmers rouges dans Phnom Penh. Quatre ans plus tard, on ne vous a pas tellement entendus, lorsque le voile s'est levé sur une des pires abominations de l'humanité : un habitant sur six massacré parce qu'il savait lire, écrire et compter un peu plus que les autres.

 

X

 

Il est facile dans l'absolu de condamner la torture, cette "souffrance physique que l'on fait subir à quelqu'un" (Larousse). Qui ne le ferait pas ? Seulement il se trouve que la guerre ne se fait jamais en théorie et dans l'absolu ; elle est contingente, par essence ; les décisions et les actions qu'elle génère ont toujours des circonstances particulières, sans cesse renouvelées.

 

J'étais lieutenant au 3° R.P.C. du colonel Bigeard. Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous quittions le djebel pour venir à Alger suppléer une police défaillante.

 

Qui nous lançait dans cette galère ?

 

Le général Massu dîtes-vous ? Que je sache, il ne s'est pas approprié les pleins pouvoirs de police. Un ministre les lui a donnés, le même, sans doute, qui avait suggéré l'engagement des forces armées dans les opérations de maintien de l'ordre, avant le rappel de nos réservistes en mai 1956 et le maintien pendant trente mois sous les drapeaux de ce brave contingent de la classe 54/2/b.

 

Cet été 1957, l'ambiance à Alger est éprouvante. Deux bombes viennent d'exploser, l'une en centre ville au bar-restaurant le Coq Hardi et l'autre sur la corniche, au Casino, déchiquetant des dizaines de jeunes pieds-noirs. Une psychose de terreur frappe les Algérois. Où et quand explosera la prochaine bombe ? Angoisse collective.

 

Par chance, une compagnie voisine met la main sur un suspect qui avoue appartenir au réseau des poseurs de bombes et révèle que le stock en réserve comprend 52 engins dont quatre viennent d'être posés quelque part dans la ville et activés. Puis-je en vouloir à mes camarades d'avoir bousculé cet assassin afin d'en obtenir des aveux précis ? Trois bombes ont pu être désamorcées, la quatrième explose au moment de l'arrivée des parachutistes tuant un caporal. Les 48 autres engins de mort peuvent être récupérés, ce qui donne l'occasion au ministre de féliciter notre chef de corps, le colonel Bigeard.

 

Comme dit le père Cordier " il est des cas où le mal est nécessaire dès lors qu'il évite le pire". Combien d'innocents les 51 bombes restantes auraient-elles tués ?

 

Personne n'a le droit de demander à ces soldats de se repentir pour avoir accompli une action salutaire, même si dans l'absolu elle était condamnable.

 

Personne, en tout cas pas vous, les communistes. Vous êtes disqualifiés depuis 1917, date de création de la Tcheka, la sinistre police politique de Lénine qui, de façon industrielle, torturait des gens, non pas parce qu'ils posaient des bombes, mais parce qu'ils ne pensaient pas comme eux.

 

L'un de vos inspirateurs, Jacques Duclos, pas très grand par la taille ni par l'esprit mais immense par la haine, a dit en 1947 : "Notre devoir est de combattre l'Armée française partout où elle se bat". Il a tenu parole.

 

Et vous, aujourd'hui, vous déterrez la hache de guerre !

 

Nous en prenons acte !

 

J’ai pris, pour vous écrire, l’attache de président des Anciens du 8ième R.P.I.Ma dont 395 des leurs ne sont pas revenus des geôles communistes du Tonkin où vos « coreligionnaires » les avaient laissés mourir de faim et de manque de soins. La plupart de ces jeunes Français n’avaient pas vingt ans.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Sénateur, l’assurance des sentiments qui vous sont dus …. ceux du mépris

 

 

à : Monsieur Fischer

Sénateur des Bouches du Rhône

 

1 En 1990, après la chute du mur de Berlin où j’exerçais les fonctions de chef de gouvernement militaire français de la ville, j’ai pu vérifier l’exactitude de ces faits en ayant eu accès aux archives de l’armée est-allemande.


 

Par alliance-gaulliste-de-l-ouest.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 10:15
UMP 44

Chers Amis,

Je me permets de vous transmettre la tribune de Laurence GARNIER, conseillère municipale d’opposition de Nantes sur la mobilisation de dimanche prochain. Bonne lecture.

Gatien MEUNIER, Secrétaire Départemental par intérim

Tribune de Laurence GARNIER : MOBILISATION DU 13 JANVIER

Dimanche 13 janvier, la « manif’ pour tous » rassemblera à Paris les opposants au projet gouvernemental d’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Depuis plusieurs semaines déjà, opposants et partisans de cette réforme, issus du monde politique, associatif ou bien simples particuliers, font entendre leurs voix pour faire valoir leurs arguments.

L’analyse de ces dernières semaines me suggère deux réflexions.

1) Une première question concerne la forme et pose la question suivante : est-il vraiment possible aujourd’hui en France, de débattre honnêtement et sereinement sur des questions de société ?

Le gouvernement a refusé d’ouvrir sur la question du mariage homosexuel un large débat de société. Il a choisi de faire porter le texte de loi par le ministre en charge de la Justice, et non par celui en charge de la Famille. A travers ce choix, le Premier Ministre voudrait faire croire aux Français qu’il ne s’agit que d’une simple question d’équité. Celui ou celle qui s’y opposerait serait donc favorable à l’injustice, tout simplement.

Plus grave, les partisans de ce projet de loi n’ont pas hésité, au cours de ces dernières semaines, à dénoncer la prétendue homophobie des opposants au mariage homosexuel – opposants parmi lesquels figurent pourtant en bonne place des associations de personnes homosexuelles. Rapidement, les uns se sont installés dans le rôle des « modernes » et des « progressistes », plaçant d’autorité les autres dans le rôle des « ringards » et des « intolérants réactionnaires ».

C’est sans doute cette idéologie simpliste qui autorise Madame Belkacem à soutenir ce projet devant les collégiens d’un établissement public, quand dans le même temps le ministre de l’Education Nationale et le Président de la République sermonnent les établissements privés pour que le débat « n’entre pas à l’école ».

Cet épisode gouvernemental est à rapprocher, au plan local, du déroulement des manifestations à Nantes. Alors que les opposants au mariage homosexuel ont été bloqués sur le cours Saint-Pierre, les partisans de la réforme, dix fois moins nombreux, ont pu défiler dans tout le centre-ville. Curieuse conception du débat, où seuls peuvent s’exprimer ceux qui soutiennent la réforme.

Ces dernières semaines ont donc démontré que la capacité de débattre librement et sereinement n’était jamais acquise et que l’intolérance n’était pas là où certains auraient souhaité la trouver. Ceux qui défileront dimanche ne sont ni pour l’injustice ni pour l’homophobie. Ils souhaitent simplement défendre leur conception de la famille et au-delà, leur idée de la société.

2) Ce qui me conduit à une seconde remarque sur le rôle du législateur. La mission qui lui est confiée est fondamentale : il s’agit de créer les conditions du « bien vivre ensemble ». A ce titre, sa priorité est de garantir, à travers les institutions, la stabilité de la société toute entière. Son objectif permanent doit être aussi de protéger les plus faibles et en particulier les enfants. De nombreux experts ont souligné, en dehors de toute idéologie, la nécessité pour la construction de l’enfant de ces deux repères affectifs et éducatifs. Comment imaginer de priver volontairement un enfant de l’amour exclusif qu’il ressent pour sa mère, et de l’admiration qu’il porte à son père ? Nous connaissons mal aujourd’hui les conséquences que pourraient avoir, pour ces enfants, le fait d’être privés de l’un de ces deux piliers. Nous ne pouvons que voir la souffrance des enfants qui, pour d’autres raisons, n’ont pas connu leur père ou leur mère et recherchent, souvent pendant de longues années, leurs racines et leurs origines. Alors pourquoi ne pas appliquer, comme nous savons si bien le faire comme dans tant d’autres domaines, un "principe de précaution" pour protéger les enfants ? Sur cette question qui touche aux fondements de notre société, il est en tous cas de la responsabilité de chacun d’entre nous de prendre le temps de mesurer les enjeux de la réforme proposée par le Gouvernement, et de se livrer à son propre jugement, sans céder aux sirènes du prêt-à-penser socialiste. Comme l’a souligné l’ancien Premier Ministre Lionel Jospin dans une tribune pour un grand hebdomadaire, « on peut respecter la préférence amoureuse de chacun sans automatiquement institutionnaliser les mœurs ».

Pour toutes ces raisons, j’appelle donc à une mobilisation la plus large possible dimanche prochain à Paris et invite tous les Nantais qui le souhaitent à se joindre au cortège pour défendre le bon sens face à l’idéologie.

Laurence GARNIER, Conseillère Municipale d’opposition de Nantes


IL RESTE ENCORE DES PLACES DANS LES CARS

Pour la grande mobilisation contre ce projet de loi le 13 janvier à Paris, il est encore possible de vous inscrire pour les cars au départ de Nantes La Baujoire (les autres cars étant complets) - Départ du parking de la Baujoire à 7 heures (retour vers 23 h 30)

Inscription obligatoire sur le site www.lamanifpourtous44.com jusqu’au vendredi 11 janvier

UMP 44
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 16:33

Nantes : on manifeste contre un aéroport mais pas contre une mosquée géante…!!!

 

C'est pourtant vrai

La dixième mosquées de Naoned / Nantes

(17/11/2012) Ce samedi, des milliers de personnes manifestaient contre l’'implantation d'’un aéroport international à Naoned / Nantes. Ce même samedi, c’'est dans l'’indifférence qu’'ouvrait la plus grande mosquée de tout l'’Ouest Français, la dixième à Naoned.

Symptôme d'une civilisation en pleine décadence, le sort de quelques lapins prime la submersion du continent sous les flots de l'islam.

La presse le relate ce jour :

“La mosquée Assalam (la paix en arabe) ouvre ce samedi à Nantes, dans le quartier Malakoff. C’est le plus grand édifice dédié au culte musulman dans l'’ouest. Il pourra accueillir en même temps 1 200 fidèles. Le dôme du bâtiment principal culmine à 14 m. Le minaret haut de 17 m est constitué d’'un simple voile en béton, habillé de lames de verre, avec un écran plasma qui donnera l’'heure de la prière et la date du calendrier musulman.”

Si l'on peut estimer sans se tromper qu’'un aéroport a une durée de vie de 50 à 70 ans, pour une mosquée il en va tout autrement. Une mosquée, par évidence, s’implante pour l'éternité conformément aux principes du prosélytisme islamique et de la conquête des terres aux mains des infidèles.

Le long terme échappe aux esprits de notre époque. On s'échine pour des débats, disons-le très nettement, d'un pitoyable niveau en regard des enjeux. En 2012, la chute de l’'Europe sous les coups de l'’immigration islamique passe pour secondaire. Ou plus exactement, pour un non sujet. On s'écharpe bien plus volontiers sur un projet d'aéroport dont l'histoire ne retiendra pas même le futur nom. Querelle sur le sexe des anges comme au temps de Byzance alors menacée par le Turc.

L'’histoire retiendra qu'au début du troisième millénaire, l'étendard de l'islam fut dressé sur la capitale des Ducs bretons sans coup férir par les masses afro-islamiques, tandis que 15 000 ahuris protégeaient trois lièvres de l'expropriation.

Partager cet article
Repost0