Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 23:17
Sarkozy en conseil des Ministres : "C'est Marine Le Pen qui m'a fait battre"

Voici les propos qu'a tenus Nicolas Sarkozy ce mercredi à ses ministres à l'issue de son ultime conseil. Il revient sur les résultats de la présidentielle, son bilan, son avenir

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy (AFP PHILIPPE WOJAZER)

Voici les propos qu'a tenus Nicolas Sarkozy ce matin à ses ministres à l'issue de son dernier conseil. Il s'est exprimé après Claude Guéant et François Fillon. Juste avant de signer quelques autographes sur les cartons nominatifs de ses ministres en guise de souvenirs. Et avant de les convier à un apéritif.

  • "J'ai connu davantage de défaites que de victoires dans ma vie politique"

"Ce n'est pas un jour triste. Nous avons un devoir de reconnaissance et de cohérence vis-à-vis des Français. De manière générale, en politique, on est toujours trop heureux dans la victoire et trop triste dans la défaite. Les Français ne nous donnent que des baux à durée limitée. Quand on aime la politique, il faut l'aimer dans ses bons et ses mauvais moments. Personnellement, j'ai connu davantage de défaites que de victoires dans ma vie politique. C'est la raison pour laquelle je prends les choses avec sérénité."

  • "Il ne nous a manqué que 600 000 voix"

"D'autant que cette défaite ne handicape pas l'avenir. Finalement, il ne nous a manqué que 600 000 voix. Arriver à 48,4% avec toutes les forces que nous avions contre nous, c'est un très beau score. Et cela m'amène à en tirer l'enseignement que nos électeurs ont été plus engagés, plus sincères que certains d'entre nous, pourtant professionnels de la politique. Les Français, rien ne les décourage. Même quand les sondages nous laissaient loin derrière, ils nous ont suivi. Je suis déçu de ne pas leur avoir donné cette victoire. Mais ce n'est pas pour cela qu'il faut céder sur nos convictions. C'est Marine Le Pen qui m'a fait battre, bien plus que François Bayrou. Mais je vous demande de ne rien lâcher vis-à-vis du FN. On gagne toujours à être digne. Restez toujours ouverts et tolérants. Mieux vaut être trahi par des gens en qui on a confiance que de trahir des gens qui vous font confiance. La France est un pays éruptif."

  • "Fier de notre bilan...La critique viendra"

"Souhaitons que nos successeurs à la tête de la France auront les succès que les Français et la France méritent. Le sel de la vie, c'est de savoir qu'on va mourir. Le sel de la politique, c'est qu'on vit. Après 35 ans de vie politique, une autre époque s'ouvre pour moi. Je voudrais remercier chaleureusement François Fillon. Malgré tout ce qui a été dit, rares sont les couples en politique à s'être entendus comme nous deux. Bien sûr, nous sommes différents. Mais je suis très fier de notre bilan et notamment des réformes faites sans que la France ne connaisse la moindre violence en cinq ans. La critique viendra. Je vous demande de défendre notre bilan. Battez-vous le plus possible." 

  • "Je n'ai pas voulu faire comme Lionel Jospin"

"Et surtout, maintenant, occupez-vous de vos familles. Vous et moi les avons fait souffrir. Nous avons au moins eu les avantages de l'action quand nos proches n'en ont eu que les inconvénients. Donc, occupez-vous d'eux. A la place ou je serai, je continuerai à vous aider. J'accepte cette nouvelle vie. C'est du jour où l'on n'accepte plus le changement qu'on a vieilli. Moi, je me sens toujours jeune. Je n'ai pas voulu faire comme Lionel Jospin, dire que je me retirai de manière abrupte. Loin de moi l'idée de le critiquer. Mais j'aurais eu peur que vous pensiez que vous ne comptiez plus pour moi. Or je demeure proche de vous."

Nicolas Sarkozy · politique · Présidentielle 2012

12
Partager cet article
Repost0
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 19:35
Divers | Ajouté le 07.05.2012 à 17H43
Les élections législatives auront lieu dans 5 semaines. L'UMP doit absolument être unie pour obtenir le maximum de sièges.

Il serait désastreux que les ego surgissent. Jean-François Copé est le Secrétaire général de l'UMP. Il va le rester jusqu'aux législatives. Il devra s'entourer d'une équipe multiple : les anciens Premiers ministres dont François Fillon, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et d'autres comme Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand.

Cette union doit s'accompagner de l'exclusion des dissidents qui représentent le ferment de la division.

N'oublions pas que la gauche risque d'avoir tous les pouvoirs que ce soit au Sénat, dans les régions, dans les départements et les grandes villes. Il ne faut pas qu'ils aient la majorité à l'Assemblée nationale ! Il en va de l'avenir de la droite et surtout d'une partie des Français.

Les ego devront donc s'effacer. J'attends de Jean-François Copé qu'il soit ferme, à Paris comme ailleurs.

Après les législatives, une nouvelle équipe devra être mise en place pendant une période de quelques mois avant l'élection d'un nouveau Président. Ces transitions devront se faire dans la sérénité, l'apaisement et l'ordre.

Cette période qui s'ouvre sera difficile pour la droite, mais aussi pour la France. Beaucoup comptent sur nous. Soyons à la hauteur des espoirs de ceux qui ont voté pour nous. Plus de petites phrases assassines, plus d'ambitions personnelles, au moins jusqu'aux législatives.

Après, tentons de nous mettre en formation serrée, dans la diversité et le travail. Cette refondation, après l'été, sera observée avec attention. Ne décevons pas nos électeurs ! Je serai intransigeant pour sauvegarder cette union. Comptez sur moi !


Pr. Bernard DEBRÉ

Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 14:54
Economie et social | Ajouté le 02.05.2012 à 15H14
La grande manifestation du Trocadéro a eu lieu, tout comme celle de Marine Le Pen devant Jeanne d’Arc ou celle de la CGT.

J’ai été extrêmement choqué par les propos de Martine Aubry avant cette manifestation. Elle dénie à la droite la possibilité de fêter le 1er mai. Il s'agirait d'une propriété de la gauche ! Elle a même annoncé des heurts graves si la droite manifestait !

D’où viendraient ces heurts ? De syndicalistes communistes brandissant le drapeau rouge et celui de la CGT qui auraient préféré être seuls à manifester et appeler à voter François Hollande ? Ce sont pourtant les mêmes qui nous interdisent de manifester notre soutien à Nicolas Sarkozy.

Mais où est la république ? Il s’agit là d’un acte de fascisme pur rappelant les plus mauvais jours sous Staline ou Erich Honecker en Allemagne de l'Est. Le 1er mai appartient-il aux communistes, à la CGT ?

Depuis un certain temps d’ailleurs, Marine ou Jean-Marie Le Pen manifestaient devant la statue de Jeanne d’Arc. Ces manifestations gênaient moins la CGT. En effet, la gauche se sert du Front national comme épouvantail. Les caméras étaient dirigées sur la famille Le Pen et montraient ainsi le fascisme en marche alors qu’aujourd’hui, sans que je ne partage nombre de valeurs du Front national, le fascisme semble plutôt être à gauche toute.

Inversion des valeurs, inversion des idées, inversion des actions. Nous allons droit vers des affrontements idéologiques. J’espère ces affrontements n'auront pas lieu dans la rue d’ici quelques mois, lorsque François Hollande aura déçu ses camarades, Mélenchon et autres verts, et qu'il aura ruiné la France. C’est à ce moment, dans cette situation, qu’il risque d’y avoir des drames et non pas parce que l’UMP, le centre, bref, les vrais démocrates, manifestent place du Trocadéro.


Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:36
Divers | Ajouté le 03.05.2012 à 15H20
Il y a quelques jours, à Limoges, François Hollande tenait une grande réunion. Et tout d’un coup, j’y ai entendu le chant des partisans.

J’avais l’habitude de l’entendre quand j’étais tout petit, avant 1958, quand j’étais sur les épaules de mon père et que le Général venait au Mont Valérien honorer les morts, les Résistants et ses compagnons.

J’avais l’habitude de trembler lorsque j’entendais ce chant composé par Joseph Kessel et Maurice Druon. Celui-ci, ami de ma famille depuis toujours, était un homme merveilleux et il nous expliquait comment il avait composé, avec son oncle, ce chant d’une beauté insondable, d’une tristesse et d’une force extraordinaire.

J’avais l’habitude d’entendre les gaullistes le chanter et puis tout d’un coup, mon cœur s’est quasiment arrêté lorsque j’ai vu ces hommes et ces femmes de gauche agitant des drapeaux et s’appropriant ce chant.

Pourrais-je rappeler que ces héritiers de François Mitterrand n’ont peut-être pas tout à fait raison de le chanter ? Faut-il rappeler sans cesse que François Mitterrand a été décoré par le maréchal Pétain de la Francisque pour bons et loyaux services, qu’il a mystifié ensuite son monde, et qu’il n’a fait reconnaître l’organisation dont il faisait partie comme véritable organisation résistante qu’en 1992, sur son ordre exprès après avoir essuyé plusieurs refus ? Faut-il aussi rappeler les liens incroyables qui unissaient François Mitterrand et Monsieur Touvier ou d’autres encore ?

L’ambiguïté était incarnée par Mitterrand ! Souvenez-vous, après ses attaques outrancières contre le général de Gaulle, son livre Le coup d’État permanent, ses pseudo attentats et autres trafics, était-il si digne que l’histoire le dit ? Il a mystifié son monde. Il a fait oublier sa vie et ses basses œuvres. Sous son règne, qui a duré 14 ans, que de drames, que d’affaires tristement célèbres. Franchement, était-il digne, à Limoges, que ses héritiers entonnent ce chant sacré de la Résistance ?

Je n’oserais pas trop attaquer les communistes bien qu’en 1939, ils aient signé le pacte germano-soviétique et étaient du côté de Pétain en 1940. Je ne les stigmatiserais pas, mais je leur rappelle que le seul journal français autorisé pendant l’Occupation fut L’Humanité à la demande expresse des dirigeants communistes dont beaucoup avaient fuient en URSS. Monsieur Marchais, lui, fabriquait des armes qui ont tué des Français, quand il était au STO, en Allemagne, alors que tant s’étaient enfuis.

Il est vrai qu’après l’entrée de l’armée allemande en URSS, les mentalités ont changé, mais combien de Français étaient déjà morts ? Des dizaines et des dizaines de milliers puisque l’on parle de 100 000 morts lors de l’offensive de 1940, lors de la débâcle. Où étaient à l’époque les communistes ? Cachés ou écartés pour éviter qu’ils ne collaborent trop ouvertement jusqu'à l'arrivée du maréchal Pétain en juillet 1940.

Voilà les alliés de Monsieur Hollande ! C’était il y a longtemps et le manteau de brume de l’histoire s’est abattu sur ces épisodes. Plus aucun des jeunes et même des moins jeunes ne s’en souviennent hormis quelques vieux « gâteux» que l'on méprise souvent et qui pourtant, nous ont sauvé d’une aliénation formidable. Qu’aurions nous fait sans ceux-là, sans ceux qui ont maintenant 80/90 ans, quelquefois plus et qui ont combattu dans l’ombre de la Résistance ou dans la lumière de la deuxième DB ?

Ces hommes et ces femmes, qui ont marqué l’histoire, doivent se retourner dans leur tombe d’horreur en entendant ces jeunes socialistes qui ont oublié complètement où était Mitterrand, où étaient, au début de la guerre, les communistes.

Ils ont accepté d’écouter ces falsifications et ces sornettes racontées par François Hollande ou d’autres encore. Une nouvelle fois, c’est un détournement historique auquel nous assistons. Décidément, ils ne nous auront rien épargné !


Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 12:12
Divers | Ajouté le 04.05.2012 à 10H32
Mon cher Axel,

Nous nous connaissons depuis très longtemps. Nous étions ensemble à l’hôpital Beaujon comme interne. Souviens-toi de ces années heureuses. Je t’ai suivi au Comité national d’Ethique. Tu as été président de l’université au sein de laquelle je suis professeur.

C’est pour cela que je me permets de t’écrire et de te dire le fond de ma pensée. Ce que tu as osé dire sur le rassemblement du Trocadéro de mardi dernier en le comparant au congrès de Nuremberg des nazis, sous Hitler, n’est pas simplement inconvenant, c’est odieux.

Pourquoi n’as-tu rien dit des rassemblements « cgtistes » derrière le drapeau rouge, toi qui pourtant n’est ni communiste, ni maoïste ? Tu le sais parfaitement bien, ce drapeau rouge a traîné dans le sang de centaines de millions de victimes du communisme à travers le monde.

Pourquoi n’as-tu pas dit que François Mitterrand avait été décoré de la Francisque par Pétain, la plus haute distinction de la collaboration, pour bons et loyaux services et qu’il a, de façon pitoyable, cherché à faire reconnaître ses faits de résistance aléatoire, qu'il est resté l’ami de Touvier et d’autres collaborateurs notoires qui avaient du sang sur les mains ? Mais non, il a fallu que tu sois ignoble et que tu dépasses les limites du supportable.

Oublies-tu que le drapeau bleu, blanc, rouge est le drapeau de la France et qu’il a flotté aussi bien dans des combats désespérés lorsqu’en 1940, l’armée française s’est retirée avec plus de 100 000 morts devant l’avancée des Allemands, que lors de combats plus héroïques à Bir Hakeim?

N’oublie jamais qu’il n’est pas honteux de se mettre sous la protection du drapeau bleu, blanc, rouge contrairement au drapeau rouge !

En comparant Nicolas Sarkozy à Hitler, lui qui a déjà été comparé à Franco, à Pétain, tu atteins une nouvelle fois l’ignoble.

Qui es-tu pour dire de telles infamies ? Tu as fait une carrière intéressante si ce n’est brillante. Tu as collaboré avec François Fillon et tu as même collaboré avec Nicolas Sarkozy sur certaines réformes il y a peu. Peut-être aurais-tu aimé que l'on te propose un poste de ministre ? Est-ce le dépit qui te fait parler de façon si outrancière ?

Tu as été président d’université et ton souhait d’autonomie a été exaucé, tu l’as même dit officiellement. Tu as été au Comité national d’Ethique et te voilà dans l’outrance et dans l’ignoble. Où est ton éthique politique ? Faire de la politique peut conduire, dans un débat, à quelques outrances, mais jamais à l’ignoble ! C’est une question d’éthique républicaine et n'invoque pas ton ignorance en politique comme excuse, puisqu'il s'agit de la première fois que tu en fais officiellement.

Non, Axel, tu as simplement, par bêtise, voulu imiter les politiques les plus stupides et tu crois que tout est permis ! Tu te trompes. En politique, tout n’est pas permis. Il y a ce qu’on appelle la démocratie et le respect. Tu as bafoué la démocratie et tu as oublié le mot respect. Malgré les fonctions que tu as occupées comme président d'université et du Comité national d'Ethique, n'as-tu donc rien appris ?!


Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris
Partager cet article
Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 10:54

 

Ce Français, qui travaille à Singapour, jeune, dynamique a reçu un mail de Monsieur Pierre MoscovicI, directeur de la campagne de Monsieur François Hollande.

Pour qu’il m’écrive sa fureur, c’est qu’il fallait que ce mail soit vraiment nul ! En effet, que me dit-il ? D’abord, ce mail est un courrier passe-partout, qui n’a rien à voir avec les Français de l’étranger, leurs problèmes, leurs difficultés, le travail qu’ils font pour la France, pour le rayonnement de notre pays, rien ! C’est un mail qui, semble-t-il, doit être adressé également à tous les Français en France, comme à l’étranger.

Cela a particulièrement choqué ce Français qui, depuis 7 ans, va dans différents pays pour représenter une grande structure française. Mais ce qui l’a amusé, et vexé d’ailleurs également, c’est que ce mail le tutoyait (« Mon Cher Grégoire, tu vas avoir un choix... »).

Ce français m’a transféré ce mail en me disant : « je ne connais pas Monsieur Moscovici, je n’avais d’ailleurs pas envie et je ne voterai pas pour Monsieur Hollande. Me faire tutoyer par quelqu’un que je ne connais pas pour racoler ma voix me semble anormal et vexant. »

C’est un peu l’attitude très prétentieuse de nos socialistes qui, déjà, se distribuent les postes clés de la République. Alors Monsieur Moscovici, qui se voit déjà ministre des Affaires étrangères, se permet d’envoyer des mails tutoyant les Français de l’étranger à moins que ce ne soit que la machine, l’ordinateur ! Lorsque le destinataire a moins de 35 ans, tutoiement obligatoire ?

Quoi qu’il en soit, cette campagne est nulle ! J’emploie ce mot à dessein car il est fort, peut-être outrancier, mais après tout, lorsque les socialistes utilisent des mots forts, méchants et outranciers, ils en ont le droit, tandis que nous, nous ne l'avons pas. Alors oui ! Cette campagne pour les Français de l’étranger, vue du Parti socialiste, est nulle !


Pr. Bernard DEBRÉ
Ancien Ministre
Député de Paris
 
Partager cet article
Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 11:11

 

Monsieur le Maire,

Mes Cher(e)s Collègue,

Monsieur le Conseiller municipal,

 

Avant de vous répondre précisément sur les deux points que vous évoquez, je souhaite vous rappeler et rappeler à  toute l’assemblée, que les fréquences radioélectriques appartiennent au domaine public de l’État et que les missions de planification, de gestion des émetteurs, de contrôle et enfin de délivrance des autorisations d’émettre sont confiées à l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR). Dans sa note du 26 octobre 2011, le Conseil d’État confirme la compétence exclusive des autorités de l'Etat pour réglementer l'implantation des antennes relais sur le territoire.

 

Vous n’ignorez pas non plus que le pouvoir de police du maire est dominé ou « éclipsé » par  une police spéciale dévolue au Ministre chargé des télécommunications pour autoriser l’installation et l’exploitation des réseaux de télécommunications ouverts au public, laquelle comprend l’obligation de s’assurer du respect par les opérateurs de la conformité de leurs installations aux normes techniques édictées en la matière. Le juge estime que l’exercice du pouvoir, dont dispose le maire, ne saurait s’appliquer que dans « le cas d’urgence ou de menace grave et imminente ».

 

Concernant les deux projets d’implantation que vous évoquez, ils ne relèvent pas de ce cas de figure et, qui plus est, à ce jour, aucune construction n’est engagée.

 

Plus précisément, au sujet du premier dossier, le projet d’implantation d’un pylône par l’opérateur ORANGE, au 73 rue de la Marrière, sur un terrain appartenant d’ailleurs à France Telecom, ce dossier à reçu, au regard du code de l’urbanisme,  un accord en date du 1 février 2011. Il convient en effet de préciser que d’un point de vue strictement juridique, nous sommes dans le cadre d’un régime de déclaration préalable et, à cet égard, la collectivité a une compétence liée.

 

Cette autorisation a fait l’objet de deux recours auprès du tribunal administratif. Le premier a reçu une ordonnance de désistement de la part de la plaignante et le deuxième est toujours en cours d’instruction depuis le 21 juin 2011. Mais la volonté municipale n’est pas de s’en tenir à l’aspect juridique de ce dossier.

 

Ces deux recours n’ont pas empêché la Ville de rencontrer et de dialoguer avec les représentants du collectif à quatre reprises dont une, en réunion publique, à laquelle vous avez participé. De la même façon, nous sommes en contact permanant avec le collectif Launay-Violette afin de travailler collectivement à la meilleure solution possible.

 

Dois-je vous rappeler, Monsieur BAINVEL, qu’il ne peut y avoir d’autorisation d’urbanisme, donc d’agrément du maire au regard du code l’urbanisme et du PLU, sans un accord préalable et incontournable du bailleur et de l’Agence Nationale des Fréquences qui veille à la conformité des installations ?

 

Sans rappeler à nouveau la responsabilité de l’Etat, nous attendrons donc les suites réservées à ces recours auprès du Tribunal Administratif avant d’engager toute action dans le respect, encore une fois, de la réglementation en vigueur qui encadre l’implantation des antennes relais de téléphonie mobile et en premier lieu de la santé publique de nos administrés si celle-ci se voyait menacée.

 

Je vous annonce, mais peut-être n’aviez-vous pas l’information au moment de rédiger votre question, que le Président de Nantes Métropole a proposé, il y a plusieurs semaines, aux 24 communes, de mener une démarche collective à l’échelle de Nantes Métropole. Réunies le 28 mars dernier, les maires, présents ou représentés, ont lancé officiellement cette démarche. Nantes Métropole va donc engager,  dans les mois à venir, un grand débat citoyen, sous la forme d’une conférence de consensus, sur la question des antennes relais. Ce travail permettra de construire une charte de téléphonie mobile intercommunale garantissant une gouvernance partagée et renforcée et des exigences plus grandes pour les déploiements futurs.

 

Je vous remercie.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 11:07

Monsieur le Maire,

Le 5 mai 2011, vous informiez les représentants du collectif Marrière de votre position sur l’implantation d’une antenne-relais au 73 rue de la Marrière. Vous aviez demandé à l’opérateur de téléphonie mobile d’abandonner son projet d’implantation, sur un terrain privé, d’un pylône de plus de 30 mètres devant recevoir des antenne-relais.

Les inquiétudes et les oppositions se concentrent notamment aujourd’hui sur un projet d’implantation de 4 pylônes de 35 mètres, sur le stade du SUAPS, devant accueillir des antennes relais pour chacun des 4 opérateurs de téléphonie mobile. Le collectif Launey-Violette est fortement mobilisé.

Il demande la recherche d’une solution alternative moins proche des habitations et est disposé à faire des propositions concrètes. La réunion publique à laquelle vous étiez représenté, Monsieur le Maire, n’a débouché sur aucune décision, ni aucune demande de la part de la Ville.

Ma question est donc très simple : entendez-vous demander aux opérateurs d’abandonner leurs projets sur ce site et de s’engager à lancer une prospection ailleurs ?

Si tel n’est pas le cas, je vous remercie de bien vouloir me préciser les règles, si elles existent, sur la base desquelles vous prenez vos décisions lorsque vous demandez l’abandon d’un projet.

Plus largement, je souhaite qu’un moratoire soit mis en place au niveau de la Ville de Nantes en attendant qu’une réflexion rassemblant l’ensemble des acteurs à l’échelle de la métropole permette de définir les secteurs à couvrir par opérateur, avant de définir, dans la plus grande concertation, les sites précis d’implantation. Je souhaite connaitre votre position sur cette proposition. Il me semble qu’il faut aller beaucoup plus loin que ce que vous avez proposé aux 23 maires de l’agglomération et qui consiste uniquement en la mise en place d’une Charte communautaire.

Je vous remercie.

Par Julien BAINVEL Publié dans : Mes interventions en Conseil Municipal
Partager cet article
Repost0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 12:40

 

François Mitterrand avait du charisme, savait parler aux foules, savait entraîner les Français, même lorsqu'ils n’étaient pas d’accord avec lui. Il avait une aura particulière. Moi qui l’ai approché de très près, aussi bien à Cochin que lorsque j’étais Ministre pendant la cohabitation avec Edouard Balladur, je peux dire qu’il était séduisant, aimable et qu’il avait une parole forte.

A côté, François Hollande apparaît falot. Il essaie par tous les moyens de l’imiter dans sa gestuelle, ce qui en devient ridicule, dans son parler et sa syntaxe, ce qu’il n’arrive pas à faire correctement, mais malheureusement, il n’a ni le charisme, ni l’intelligence, ni l’aura de François Mitterrand.

François Hollande est allé hier dans les Landes essayer de retrouver l’âme de Mitterrand. Il en a été ridicule à un point que je n’osais pas imaginer. Oui, c’est vrai, actuellement, François Hollande diminue doucement dans les sondages. Il n’a plus de programme car celui qu’il avait présenté, il y a quelques mois, était tellement ridicule et obsolète qu’il n’a plus de raison d’être. Il n’a plus d’allié car ceux qu’il avait privilégié, les Verts, se sont effondrés dans les sondages et celui qu’il n’attendait pas, Jean-Luc Mélenchon, est en train de lui prendre ses voix.

Il ne lui reste qu’une seule chose à faire : « taper » sur le Président sortant. C’est un peu court, et la campagne prend un tour misérable chez François Hollande. Je ne dis pas qu’il a perdu, non bien sûr. La France est secouée par une crise non seulement économique, sociale, mais aussi morale. Elle est inquiète, elle a peur. Peur de ce qui se passe à l’intérieur de l’Hexagone : le chômage, l’insécurité, la montée de l’islamisme incontrôlé et assassin, mais aussi de ce qui se passe au niveau de l’Europe car elle voit qu’une fois la crise grecque réglée, se profile une crise en Espagne.

La France se demande quand la crise s’arrêtera. Elle a également peur de ce qui se passe à l’étranger, hors de l’Europe : la Syrie qui n’arrête pas de s'entre-déchirer, la Libye qui va devenir islamiste, l’Egypte qui est soumise à des soubresauts dangereux et surtout l’Iran qui s'arme et qui prépare la bombe atomique.

Ces nuages qui s'amoncellent font peur. Les Français les plus craintifs et surtout les moins clairvoyants pensent qu’ils peuvent changer d’équipe. Ils auraient tort car c’est justement dans ces moments là qu’il ne faut pas en changer. Les autres, et ils sont de plus en plus nombreux, font confiance à Nicolas Sarkozy. Ils ont raison car il a démontré qu’il était fort, déterminé, justement dans ces crises les plus graves.

Devant un être falot, qui d’ailleurs a été critiqué et décrit comme tel par ses propres amis (souvenez-vous de Jean-Luc Mélenchon qui l’appelait « le capitaine de pédalo », de Martine Aubry « la gauche molle », de Laurent Fabius « une fraise des bois », j’arrêterai là les énumérations assassines des amis les plus proches de François Hollande), après avoir fait illusion pendant quelques semaines ou quelques mois, le voici qui reprend son rôle.

La France n’a pas besoin d’un homme hésitant, sans charisme. Il nous faut, au contraire, un homme fort, fonceur, écouté par les autres pays du monde et déterminé. Le choix, une fois encore, est simple : Nicolas Sarkozy doit être réélu !


Pr. Bernard DEBRÉ

Ancien Ministre
Député de Paris

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 10:47
épargne
Copyright Rainer UNKEL/REA
Copyright Rainer UNKEL/REA Copyright Rainer UNKEL/REA

latribune.fr (Avec AFP)

En 2011, le taux d'épargne des ménages français a atteint 16,8%, son plus haut niveau depuis près de trente ans, selon les chiffres détaillés de la croissance publiés mercredi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Le taux d'épargne des ménages français a augmenté en 2011 pour atteindre son plus haut niveau depuis 1983, à 16,8%, selon les chiffres détaillés de la croissance publiés mercredi par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Sur l'ensemble de 2011, il a progressé de 0,7 point par rapport à 2010 pour s'établir à 16,8%, son plus haut niveau depuis 1983.

Légère diminution à la fin de 2011

Toutefois, le taux d'épargne des ménages a diminué légèrement en fin d'année, de 17% à 16,8%, souligne l'Insee. En effet, au quatrième trimestre, la consommation des ménages en valeur a augmenté plus vite que leur revenu disponible brut (salaires plus prestations sociales moins les prélèvements obligatoires). Les ménages ont donc dû réduire un peu leur épargne pour consommer.

Le taux d'épargne des ménages français a atteint 16,8% en 2011
 

2011

1er trimestre

2011

T2

2011

T3

2011

T4

2010 2011
Taux d'épargne (en %) 15,9 17,3 17,0 16,8 16,1 16,8

 Source : Insee, Comptes nationaux trimestriels - Résultats détaillés du 4ème trimestre 2011

Partager cet article
Repost0